Imprimer cette page

Le monde ne recherche pas la sanctification

K017_thumb.jpg

Le monde s'est abandonné aux plaisirs des sens. Les foules se laissent entraîner par « la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l'orgueil dela vie ». Mais les enfants de Dieu ont une vocation plus sainte. « Sortez du milieu d'eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur. »

Fondé sur la Parole de Dieu, on peut affirmer que la sanctification qui n'engendre pas la renonciation complète aux ambitions et aux satisfactions coupables, n'est pas de bon aloi.

À ceux qui se conforment à cet ordre : « Sortez du milieu d'eux et séparez-vous; ne touchez pas à ce qui est impur », Dieu fait cette promesse : « Je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant. » (2 Corinthiens 6.17-18)

Le devoir et le privilège de tout chrétien, c'est d'acquérir une connaissance riche et bénie des choses de Dieu. « Je suis la lumière du monde, dit Jésus. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. » (Jean 8.12) « Le sentier des justes est comme la lumière resplendissante, dont l'éclat va croissant jusqu'au milieu du jour. » (Proverbes 4.18) Chaque pas en avant dans la foi et l'obéissance met l'âme en rapport plus intime avec la lumière du monde, en qui « il n'y a pas de ténèbres ». L'éclat du Soleil de justice brille sur les serviteurs de Dieu pour qu'à leur tour ils en réfléchissent les rayons. De même que les étoiles nous disent qu'il y a dans les cieux une grande lumière dont elles reflètent la gloire, ainsi les chrétiens doivent montrer qu'il y a sur le trône de l'univers un Dieu dont le caractère mérite d'être loué et imité. Les grâces de son Esprit, la pureté et la sainteté de Son caractère doivent éclater dans ses témoins.

Des bénédictions assurées aux enfants de Dieu

Dans son épître aux Colossiens, l'apôtre Paul énumérait les riches bénédictions assurées à l'enfant de Dieu. « C'est pour cela que nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous, et de demander que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d'une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes oeuvres et croissant par la connaissance de Dieu, fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients. » (Colossiens 1.9-11)

Il écrivait aux frères d'Éphèse son désir de les voir parvenir à une pleine intelligence des prérogatives chrétiennes. Il leur présentait, dans les termes les plus larges, la grande puissance et les connaissances qu'ils pourraient acquérir comme fils et filles du Très-Haut. Il ne tenait qu'à eux d'« être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur », d'être « enracinés et fondés dans l'amour », de « comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et de connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance ». Mais la prière de l'apôtre parvint à son apogée, quand il en vint à dire : « ...en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu... » (Éphésiens 3.16-19)

Nous avons ici la révélation des hauteurs auxquelles, dès que nous en remplirons les conditions, nous pourrons atteindre par la foi aux promesses de notre Père céleste. Nous avons accès, par les mérites du Christ, à la puissance infinie.

« Lui, qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? » (Romains 8.32) C'est sans mesure que le Père a donné au Fils son Esprit, auquel nous pouvons participer dans sa plénitude, « Si donc, méchants comme vous l'êtes, dit Jésus, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent! » (Luc 11.13) « Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. » « Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite. » (Jean 14.14; 16.24)