Imprimer cette page

Le lieu d'habitation idéale pour la famille.

A050_thumb.jpg

Que votre vue repose sur des champs verdoyants, des bosquets et des collines. Regardez le ciel bleu, libre des poussières et des fumées de la ville, et respirez l'air vivifiant. Eloignez-vous du tumulte et des distractions de la vie des villes, et devenez les compagnons de vos enfants là ou vous pourrez leur apprendre à connaître Dieu par ses oeuvres et à vivre dans la probité et l’abnégation.

L’Evangile simplifie merveilleusement les problèmes de la vie.

Ses instructions, si elles étaient suivies, nous tireraient de plus d'une perplexité, et nous préserveraient de plus d'une erreur. Il nous apprend à estimer les choses à leur juste valeur, et à réserver notre enthousiasme pour les choses qui en sont dignes, qui sont durables.

Cette pensée est nécessaire à ceux sur qui repose la responsabilité de choisir une habitation. Il ne faut pas qu'ils se laissent en cela détourner du but véritable de la vie, mais qu'ils se souviennent, au contraire, que notre demeure terrestre doit n'être pour nous qu'un symbole de notre demeure céleste, en vue de laquelle elle doit nous préparer. La vie est une école dans laquelle parents et enfants doivent conquérir leurs diplômes les préparant à l'école supérieure des demeures célestes. Que cette pensée dirige votre choix en choisissant une habitation. Ne cédez pas à la soif dels richesses, à la mode ou aux coutumes de la société, mais considérez ce qui favorisera le plus la simplicité, la pureté, la santé, le développement moral.

Les Dangers de la Ville

Dans le monde entier, les villes deviennent des foyers du vice. De tous côtés on y voit et on y entend le mal. Partout on y trouve des incitations à la sensualité et à la dissipation. La marée de la corruption et du crime monte constamment. Chaque jour apporte le récit de nouvelles violences, de vols, de meurtres, de suicides et de crimes innommables.

La vie y est anormale et artificielle. L'âpreté au gain, le tourbillon des plaisirs et des sensations, la soif de luxe et d'extravagance détournent la pensée des foules loin du but véritable de la vie. Ils ouvrent la porte à des maux sans nombre, et exercent sur la jeunesse une puissance presque irrésistible.

Les amusements.

L'une des tentations les plus subtiles et les plus dangereuses qui assaillent les enfants et la jeunesse des villes, c'est l'amour des plaisirs. Les jours de vacances, qui sont nombreux, les courses et les jeux les attirent loin des sobres devoirs de la vie. L'argent qui aurait dû être épargné pour lu meilleur usage est gaspillé en amusements.

Les conflits sociaux.

Les réunions et syndicats de patrons et d'ouvriers, les lock-out et les grèves qui en résultent, rendent les conditions le la vie urbaine de plus en plus difficiles. Des difficultés Sérieuses sont devant nous, et bien des familles seront obligées de quitter les villes.

Un milieu insalubre.

Les conditions physiques, dansles villes, sont souvent un danger pour la santé. Le contact toujours possible avec des malades, la prévalence dumauvais air, de l'eau impure, des aliments malsains, des logements sombres, insalubres et surpeuplés, sont quelques-uns des maux nombreux qu'on y rencontre.

Les avantages de la campagne.

Il n'est pas conforme au plan de Dieu que les hommes s'entassent dans les villes.

Dieu avait placé nos premiers parents au milieu de scènes champêtres dont Il voudrait nous faire jouir aujourd'hui encore. Plus nous nous rapprocherons du plan originel de Dieu, plus il nous sera facile d'obtenir la santé du corps et de l'esprit.

Des maisons coûteuses, des meubles de luxe, l'élégance et le confort ne constituent pas les conditions essentielles d'une vie heureuse et utile.

L'exemple de Jésus.

Jésus vint sur la terre pour accomplir l'oeuvre la plus considérable qui ait jamais été faite parmi les hommes. Il vint comme ambassadeur de Dieu pour nous enseigner à vivre en vue de grands résultats. Quelles conditions le Père céleste choisit-Il pour son Fils? Une maison isolée dans les collines de la Galilée; une famille vivant grâce à un travail honnête et respectable; une vie simple en butte avec des difficultés et des privations journalières; l'abnégation, l'économie et le service patient et joyeux; l’heure d'étude aux côtés de sa mère, devant le rouleau déployé des Ecritures; le calme de l'aurore et du crépuscule dans la vallée verdoyante; les saines occupations au grand air; l'étude de la création et de la Providence, et la communion de l'âme avec Dieu; telles furent les première,s années de la vie de Jésus. Les Avantages de la Campagne

L'exemple des hommes de Dieu.

Il en fut ainsi pour la plupart des hommes de Dieu de tous les siècles. Lisez l'histoire d'Abraham, de Jacob, de Joseph, de Moïse, de David et d'Elisée. Etudiez la vie des hommes qui ont vécu plus tard et qui ont rempli avec la plus grande compétence des postes de confiance et de responsabilité, des hommes dont l'influence a été la plus féconde pour le relèvement du monde. Vous verrez que la plupart de ces hommes ont été élevés à la campagne. Ils ne connurent le luxe que de loin. Ils ne passèrent pas leur jeunesse dans les amusements. Beaucoup furent contraints de lutter contre la pauvreté et les difficultés.

Ils apprirent de bonne heure à travailler, et leur vie active en plein air donna vigueur et souplesse à toutes leurs facultés. Obligés de compter sur leurs propres ressources, ils apprirent à surmonter les obstacles et à devenir courageux et persévérants. Ils acquirent de l'assurance et la maîtrise de soi. Préservés des mauvaises compagnies, les plaisirs naturels et les amitiés saines les satisfaisaient. Ils étaient simples dans leurs goûts et tempérants dans leur habitudes. Guidés par de,s principes, ils grandirent purs, forts et véridiques. Appelés à ce qui devait être le travail de leur vie, ils y apportèrent à la fois la force physique et mentale, la vivacité d'esprit, la rapidité de décision et d'exécution, et la fermeté contre le mal. Ils furent dans le monde une force décisive en faveur du bien.

Le meilleure pour votre famille.

Vous donnerez à vos enfants mieux qu'une fortune, si vous leur formez un corps sain, un esprit vigoureux et un noble caractère.

Ceux qui ont découvert le secret de la vie ne seront pas pris au dépourvu dans le choix d'une habitation; ils se laisseront guider par la connaissance qu'ils ont acquise de l'influence que le milieu exercera sur le bonheur de leur famille.

Au lieu d'habiter là où l'on ne voit que les oeuvres des hommes, au milieu des scènes et des bruits suggestifs de pensées mauvaises, au sein d'une agitation et d'une confusion fertiles en fatigue et en malaises, allez là où vous pourrez contempler les oeuvres de Dieu. Trouvez le repos de l'esprit dans la beauté, la quiétude et la paix de la nature.

Que votre vue repose sur des champs verdoyants, des bosquets et des collines. Regardez le ciel bleu, libre des poussières et des fumées de la ville, et respirez l'air vivifiant. Eloignez-vous du tumulte et des distractions de la vie des villes, et devenez les compagnons de vos enfants là où vous pourrez leur apprendre à connaître Dieu par ses oeuvres et à vivre dans la probité et l’abnégation.

(Ce texte est extrait du livre Rayons de Santé, Éd. SDT, Dammarie-les-Lys, 1957)