Imprimer cette page

Les difficultés dans le mariage

 

Quand surviennent des difficultés, des perplexités et des découragement, ni le mari ni la femme de doivent entretenir la pensée que leur union est une erreur. Soyez déterminés à être l'un pour l'autre tout ce que vous pouvez être. Continuez à vous prodiguer les attentions des premiers jours.

Lorsque la vie se présente aux nouveaux mariés avec ses perplexités et ses soucis, la poésie dont l'imagination avait enveloppé le mariage disparaît. Le mari et la femme apprennent à se connaître tels qu'ils sont réellement, chose impossible jusqu'alors. C'est la période la plus critique de leur existence. Le bonheur et le succès de toute leur vie future dépendent du chemin qu'ils prendront à ce moment-là.

Les défauts insoupçonné apparaissent.

S'ils aperçoivent l'un chez l'autre des faiblesses et des défauts ignorés, ces coeurs que l'amour a unis se découvriront aussi des qualités excellentes jusqu'alors insoupçonnées. Que l'on cherche à découvrir celles-ci plutôt que ceux-là. Souvent c'est l'attitude, c'est l'atmosphère qui entoure l'un des conjoints qui détermine celle de l'autre.

Exprimer son affection.

Beaucoup considèrent l'expression de leur affection comme une faiblesse et observent une réserve qui repousse.

Cet esprit empêche la sympathie de se manifester. Lorsqu'on réprime les sentiments de sociabilité et de dévouement, ils s'atrophient, et le coeur devient aride et froid. Nous devons nous garder de cette erreur. L'amour ne peut exister sans être exprimé. Ne laissez pas un coeur uni au vôtre souffrir par manque de bonté et de sympathie.

Ais-je choisi la bon conjoint ?

Quand surviennent des difficultés, des perplexités et des découragement, ni le mari ni la femme de doivent entretenir la pensée que leur union est une erreur. Soyez déterminés à être l'un pour l'autre tout ce que vous pouvez être. Continuez à vous prodiguer les attentions des premiers jours. De toutes manières , encouragez-vous mutuellement dans le combat de la vie.

Appliquez-vous à augmenter le bonheur l'un de l'autre. Ayez de l'amour et de l'indulgence l'un pourimages.jpegl'autre. Le mariage sera alors le commencement de l'amour, au lieu d'en être la fin. La chaleur de l'amitié véritable, l'amour qui unit deux coeurs est un avant-goût des joies du ciel.

La famille un cercle sacré.

Il y a a autour de chaque famille un cercle sacré qui ne doit pas être brisé, et dans lequel personne n'a le droit de pénétrer.

Que le mari ou la femme ne permettent à personne de partager des confidences qui n'appartiennent qu'à eux seuls.

N'ai-je pas le doit d'être aimé ?

Il faut donner de l'amour au lieu d'en exiger. Cultivez ce qu'il y a de plus noble en vous, et soyez empressés à reconnaître les bonnes qualités l'un de l'autre.

Le sentiment d'être apprécié est une satisfaction et un stimulant merveilleux. La sympathie et le respect encouragent la marche vers la perfection, et l'amour lui-même augmente lorsqu'il incite à atteindre un idéal toujours plus noble.

« Vous supportant les uns les autres. » Quand surviennent des difficultés, des perplexités et des découragements, ni le mari ni la femme ne doivent entretenir la pensée que leur union est une erreur. Soyez déterminés à être l'un pour l'autre tout ce que vous pouvez être. Continuez à vous prodiguer les attentions des premiers jours. De toutes manières, encouragez-vous mutuellement dans le combat de

(Ce texte est extrait du livre Rayons de Santé, Éd. SDT, Dammarie-les-Lys, 1957)