Imprimer cette page

Se repentir et avouer ses transgressions

« Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde. » ( Proverbes 28.13 )

Satan cherche constamment à dominer sur nous par nos défauts, sachant bien que si nous les caressons, il finira par réussir. Pour cela, il nous trompe par ce fatal sophisme : il ne t’est pas possible de vaincre ce penchant. Si ceux qui cachent et excusent leurs fautes pouvaient voir Satan triompher à leur sujet, ils se hâteraient de les confesser et de les délaisser, en se rappelant que Jésus présente devant Dieu Ses mains meurtries et Son côté percé, et dit à tous ceux qui veulent le suivre : « Ma grâce te suffit. » ( 2 Corinthiens 12.9 )

« Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et

vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » ( Matthieu 11.29, 30 ) Que nul donc ne considère ses défauts comme incurables. Dieu vous donnera foi et grâce pour les surmonter.

Nous vivons à l’époque du grand jour des expiations. Dans le culte mosaïque, pendant que le souverain sacrificateur faisait l’expiation pour Israël, chacun devait se repentir de ses péchés et s’humilier devant le Seigneur, sous peine d’être retranché de son peuple.

Maintenant, de même, pendant les quelques jours de grâce qui restent encore, tous ceux qui veulent que leur nom soit maintenu dans le livre de vie doivent affliger leur âme devant Dieu, ressentir une véritable douleur de leurs péchés et faire preuve d’une sincère conversion.

0601160_thumb.jpg

Un sérieux retour sur soi-même est nécessaire. Il faut, chez un bon nombre de ceux qui se disent disciples du Christ, que la légèreté et la frivolité disparaissent. Au prix d’une guerre sérieuse, on parviendra à vaincre ses tendances mauvaises et à remporter la victoire, car cette oeuvre de préparation est une affaire individuelle. Nous ne sommes pas sauvés par groupe. La pureté et la consécration de l’un ne sauraient compenser le défaut de ces qualités chez un autre. Quoique toutes les nations doivent passer en jugement, Dieu examinera le cas de

chaque individu avec autant de soin que si celui-ci était seul sur la terre.

Solennelles sont les scènes qui marquent l’achèvement de l’expiation. Cette oeuvre comporte des intérêts d’une valeur infinie.

Le tribunal suprême siège maintenant depuis plusieurs années. Bientôt, nul ne sait quand, les dossiers des vivants y seront examinés.

Bientôt, notre vie passera sous le redoutable regard de Dieu. Il convient donc plus que jamais de prendre garde à cette exhortation du Sauveur : « Prenez garde, veillez et priez; car vous ne savez quand ce temps viendra. » ( Marc 13.33 ) « Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi. » ( Apocalypse 3.3 )

Lorsque l’instruction au jugement sera terminée, la destinée de chacun sera décidée soit pour la vie, soit pour la mort.

Le temps de grâce prendra fin un peu avant l’apparition de notre Seigneur sur les nuées du ciel.

Dans une allusion à ce temps-là, il nous est dit dans l’Apocalvpse : « Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son oeuvre.» ( Apocalypse 22.11, 12 )

Justes et méchants seront encore sur la terre dans leur état mortel. Dans l’ignorance des décisions finales et irrévocables qui auront été prises dans le sanctuaire céleste, on plantera, on bâtira, on

mangera et on boira. Avant le déluge, dès que Noé fut entré dans l’arche, Dieu l’y enferma, excluant toute possibilité pour les impies d’y pénétrer. Sept jours durant, ne se doutant pas que leur sort était définitivement scellé, ils continuèrent, imperturbables, à s’adonner au plaisir et à se moquer de l’idée d’une catastrophe imminente. « Il en sera de même, dit le Sauveur, à l’avènement du Fils de l'homme. » ( Matthieu 24.39 ) C’est silencieuse, inattendue et inaperçue, comme le voleur dans la nuit, que viendra l’heure décisive scellant la destinée de tout homme, l’heure où l’offre de la miséricorde sera retirée aux coupables.

« Veillez donc. ... Craignez qu’il ne vous trouve endormis! » ( Marc 13.35, 36 ) Périlleuse est la condition de ceux qui, se lassant de veiller, se tournent vers le monde. Pendant que le négociant se laisse absorber par le gain, que l’amateur du plaisir suit ses inclinations, que l’esclave de la mode pense à ses atours, à ce moment même, le Juge de toute la terre prononce peut-être cette sentence : Tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé léger. » ( Daniel 5.27 )