• Et toi, fils de l'homme, je t'ai établi comme sentinelle sur la maison d'Israël. Tu dois écouter la parole qui sort de ma bouche, et les avertir de ma part. (Ezéchiel 33:7)

Votre âme est-elle immortelle ?

Image16_thumb.jpgUn docteur en théologie a écrit : « La vue des tourments de l'enfer couronnera à jamais la félicité des saints. En voyant des êtres de la même nature qu'eux, ..., plongés dans de telles souffrances alors qu'eux-mêmes sont les objets d'un sort si différent, ils comprendront mieux le bonheur dont ils jouissent. » ... Où de tels enseignements se lisent-ils dans la Parole de Dieu? Les rachetés, ..., perdraient-ils tout sentiment de compassion et même d'humanité?... Quel avantage Dieu retirerait-il de ce que nous admettions qu'il trouve Ses délices dans les tortures ...; qu'Il jouisse des gémissements, des cris...

La séduction originelle

L'humanité était encore au seuil de son histoire lorsque Satan entreprit de la séduire. Celui qui avait provoqué la rébellion dans le ciel désira ranger sous ses étendards les habitants de la terre et les associer à sa guerre contre le gouvernement de Dieu.

Au temps de leur innocence et de leur obéissance à la loi de Dieu, Adam et Ève étaient parfaitement heureux, et ce fait constituait un témoignage permanent contre l'affirmation de Lucifer selon laquelle les lois de Dieu étaient oppressives et contraires au bien de Ses créatures. En outre, jaloux de voir la magnifique demeure préparée à l'intention du couple primitif, il se dit : Si je les sépare de Dieu et les subjugue, je pourrai entrer en possession de la terre, et y établir mon empire en opposition à celui du Très-Haut.

En se présentant sous son vrai jour, le tentateur eût été aussitôt repoussé, car Adam et Ève avaient été mis en garde contre ce dangereux adversaire. Aussi cacha-t-il son dessein afin d'atteindre son but plus sûrement. Opérant dans l'ombre et prenant pour intermédiaire le serpent qui était alors une des créatures les plus ravissantes, il dit à Ève : « Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? » ( Genèse 3.1 ) Si Ève s'était abstenue d'entrer en pourparlers avec le serpent, elle eût été en sécurité; mais elle engagea la conversation et tomba dans le piège. C'est là ce qui perd encore un grand nombre de gens qui se mettent à douter, qui discutent les volontés de Dieu, et qui, au lieu d'accepter les commandements divins, adoptent des théories humaines masquant les pièges de Satan.

« La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : vous n'en mangerez point, et vous n'y toucherez point de peur que vous ne mouriez. Alors le serpent dit à la femme : vous ne mourrez point; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » ( Genèse 3.2-5 ) Le séducteur affirma qu'ils seraient comme des dieux, doués d'une sagesse supérieure, et accéderaient à une existence plus élevée. Ainsi la transgression prenait l'aspect d'une bonne action, et Satan se faisait passer pour le bienfaiteur de l'humanité. Ève céda à la tentation, et entraîna Adam dans le péché. Sur la parole du serpent, ils crurent que Dieu ne ferait pas ce qu'il avait dit et suspectèrent leur Créateur d'attenter à leur liberté.

Une immortalité conditionnelle

Mais, lorsque Adam eut péché, quelle signification prit pour lui la parole : « Le jour où tu en mangeras, tu mourras? » ( Genèse 2.17 ) Il ne tarda pas à voir que le tentateur avait menti. Dieu lui dit : « Tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. » ( Genèse 3.19 ) La déclaration de Satan : « Vos yeux s'ouvriront », était vraie dans un sens seulement : après leur désobéissance, les yeux d'Adam et d'Ève s'ouvrirent sur leur folie. Ils connurent le mal et goûtèrent les fruits amers de la transgression.

Au milieu du jardin était l'arbre de vie qui avait la vertu de perpétuer l'existence. Si Adam était resté dans l'obéissance à Dieu, il eût continué d'avoir libre accès à cet arbre, et eût vécu à toujours. Mais après son péché, exclu de l'accès à l'arbre de vie, il fut sujet à la mort. La sentence divine : « Tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière », ne visait à rien de moins qu'à la complète extinction de la vie.

L'immortalité promise à l'homme à condition qu'il obéisse étant compromise, Adam ne pouvait transmettre à sa postérité ce qu'il ne possédait plus. Et si Dieu n'avait, au prix du sacrifice de Son Fils, remis l'immortalité à sa portée, l'humanité se fût trouvée sans espérance.

La « mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché », mais Jésus-Christ « a mis en évidence la vie et l'immortalité par l'Évangile » ( Romains 5.12; 2 Timothée 1.10 ). Nous ne pouvons obtenir cette dernière que par lui. Jésus dit : « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie. » ( Jean 3.36 ) Quiconque veut se conformer aux conditions peut entrer en possession de ce don inestimable. Tous ceux qui

Image16_thumb.jpg

par la persévérance à faire le bien, « cherchent l'honneur, la gloire et l'immortalité » recevront « la vie éternelle » ( Romains 2.7 ).

C'est le grand séducteur qui a promis à Adam la vie dans la désobéissance. La déclaration du serpent à Ève : « Vous ne mourrez certainement pas », fut le premier sermon sur l'immortalité naturelle de l'âme. Néanmoins, cette déclaration, qui ne repose que sur l'autorité de Satan, est répétée du haut des chaires chrétiennes et reçue par la plus grande partie de la famille humaine aussi avidement que par nos premiers parents. La parole divine : « L'âme qui pèche, c'est celle qui mourra » ( Ézéchiel 18.20 ), est devenue : « L'âme qui pèche ne mourra point : elle vivra éternellement. » Il y a lieu d'être confondu de l'aberration qui porte les hommes à croire facilement aux paroles de Satan, et à douter de celles de Dieu.

Si, après sa chute, l'homme avait eu libre accès à l'arbre de vie, il eût vécu à toujours, et le péché eût été immortalisé. Mais des chérubins armés d'une épée flamboyante gardèrent « le chemin de l'arbre de vie » ( Genèse 3.24 ). Nul membre de la famille d'Adam n'a pu franchir cette barrière pour aller cueillir ce fruit. Ainsi, aucun pécheur n'est immortel.