HUS et JÉRÔME de Prague

"je tiens ceci pour certain que l'image du Christ ne sera jamais effacée".

Dès le neuvième siècle, l’Évangile s’était implanté en Bohême. Les saintes Écritures y avaient été traduites, et le culte y était célébré en langue vulgaire. Mais à mesure que la puissance du pape grandissait, elle éclipsait la Parole de Dieu. Grégoire VII, qui avait entrepris d’abaisser l’orgueil des rois, ne montrait pas moins d’ardeur à asservir les peuples. Par une bulle, il interdit la célébration du culte en langue bohémienne.

Le pape y déclarait « qu’il était agréable au Dieu tout-puissant que son culte fût célébré en une langue inconnue, et que l’inobservance de cette règle avait occasionné bien des maux et des hérésies ». Rome jetait ainsi un épais suaire sur la Parole de Dieu et laissait les peuples dans les ténèbres.

Mais le ciel avait préparé des instruments pour perpétuer son Église. Nombre de Vaudois et d’Albigeois, chassés de France et d’Italie par la persécution, s’étaient établis en Bohême. N’osant pas prêcher ouvertement dans ce pays, ils y avaient travaillé activement dans l’ombre, transmettant l’héritage de la vérité d’une génération à l’autre.

D’autre part, il s’était élevé en Bohême des hommes qui stigmatisaient la corruption de l’Église et le dévergondage du peuple, et leurs protestations avaient éveillé l’attention générale. Alarmée, la hiérarchie romaine déclencha la persécution contre les amis de l’Évangile, qui allèrent adorer Dieu dans les forêts et sur les montagnes, où ils furent poursuivis. Plusieurs furent mis à mort. Bientôt il fut décrété que ceux qui abandonneraient la foi romaine seraient livrés aux flammes. Tout en donnant leur vie, ces chrétiens comptaient sur le triomphe de leur cause. L’un d’eux, qui avait enseigné que le salut ne s’obtient que par la foi au Sauveur crucifié, fit en mourant cette déclaration :

« La fureur des ennemis de la vérité a maintenant l’avantage sur nous, mais ce ne sera pas toujours le cas; il s’élèvera d’entre le peuple un homme sans épée et sans autorité contre lequel ils ne pourront rien. » L’époque où Luther devait paraître était encore bien éloignée; mais une voix allait se faire entendre dont le témoignage contre Rome devait émouvoir les peuples.

Jean HUS

D’humble origine et de condition modeste, Jean Hus avait, très tôt, perdu son père. Sa pieuse mère, qui considérait l’instruction et la piété comme les biens les plus précieux, s’était efforcée de les assurer à son fils. Hus put ainsi étudier à l’école provinciale, puis il entra à l’université de Prague où, en raison de son indigence, il fut admis à titre gratuit. Sa mère l’y accompagna; veuve et pauvre, elle n’avait ni présents, ni argent à lui offrir; mais lorsqu’ils furent arrivés près de la grande ville, elle s’agenouilla auprès de l’orphelin et invoqua sur lui la bénédiction du Père céleste. Elle se doutait peu de quelle façon ses prières seraient exaucées.

À l’université, Hus se distingua par son inlassable application et par ses rapides progrès, tandis que sa vie irréprochable et sa douceur lui gagnèrent l’estime de tous. Fils dévoué de l’Église de Rome, il recherchait avec ferveur les bénédictions spirituelles dont elle se disait dépositaire. À l’occasion d’un jubilé, pour gagner l’indulgence promise, il alla se confesser, donna ses derniers deniers et se joignit aux processions. Ses études achevées, il entra dans le sacerdoce. Gravissant rapidement les échelons, il fut bientôt attaché à la cour, puis nommé professeur et ensuite recteur de l’université où il avait fait ses études. En quelques années, celui qui avait étudié aux frais de l’université devenait la gloire de son pays, et son nom était célèbre dans toute l’Europe.

L’oeuvre de Jean HUS

Mais c’est dans une autre sphère que Hus devait inaugurer son oeuvre de réforme. Plusieurs années après son ordination à la prêtrise, il fut nommé prédicateur à la chapelle de Bethléhem, dont le fondateur attachait une grande importance à la prédication des Écritures dans la langue du peuple, coutume que l’opposition de Rome n’avait pas complètement abolie en Bohême.

Comme l’ignorance de la Parole de Dieu était grande, et que les vices les plus hideux prévalaient dans toutes les classes de la société, Hus, élevant la voix, dénonçait l’iniquité sans ménagements et proclamait les principes de la vérité et de la pureté au nom de la Parole de Dieu.

Un citoyen de Prague, du nom de Jérôme, qui, par la suite, fut intimement lié avec Hus, avait rapporté à son retour d’un voyage en Angleterre les écrits de Wiclef. D’autre part, sous l’influence de la reine d’Angleterre — une princesse bohémienne convertie par Wiclef — les écrits de ce réformateur avaient été largement répandus en Bohême. Hus les lut avec intérêt; convaincu que leur auteur était un chrétien sincère, il fut amené à considérer avec faveur les réformes qu’il réclamait. Sans le savoir, il était entré dans une voie qui devait le conduire bien loin de Rome.

Les deux tableaux

En ce temps-là, arrivèrent d’Angleterre à Prague deux savants étrangers qui, ayant reçu la lumière, venaient la répandre dans ce lointain pays. Ayant attaqué ouvertement la suprématie du pape, ils furent réduits au silence par les autorités; mais ne voulant pas abandonner leur entreprise, ils eurent recours à un autre moyen de propagande.

Artistes aussi bien que prédicateurs, ils mirent à profit leur talent et peignirent deux tableaux sur une muraille exposée au public.

Un de ces tableaux représentait l’entrée de Jésus à Jérusalem, « plein de douceur, et monté sur un âne » ( Matthieu 21.5 ), et suivi de ses disciples nu-pieds et grossièrement vêtus.

Sur l’autre, on voyait une procession pontificale; en tête, le pape couvert de son plus fastueux costume, la triple couronne sur la tête; il était monté sur un coursier richement caparaçonné, précédé de trompettes et suivi de cardinaux somptueusement vêtus.

Il y avait dans cette décoration murale un sermon à la portée de toutes les classes de la société, et dont la morale n’échappait à personne. La foule se rassemblait devant ces tableaux. Plusieurs étaient profondément impressionnés par le contraste entre l’humilité du Maître et l’orgueil du pape, son soi-disant serviteur. Devant l’agitation qui se produisait dans Prague, les deux étrangers jugèrent prudent, pour leur sécurité, de s’éloigner. Mais l’enseignement qu’ils avaient donné ne fut pas oublié. Leurs tableaux frappèrent Hus qui se mit à étudier plus soigneusement les Écritures et les écrits de Wiclef. Bien qu’il ne fût pas encore en faveur de toutes les réformes préconisées par ce dernier, il voyait plus clairement la véritable nature de la papauté, et il se mit à dénoncer avec énergie l’orgueil, l’ambition et la corruption de la hiérarchie.

De Bohême, la lumière passa en Allemagne. Des troubles qui se produisirent à l’université de Prague amenèrent le départ de plusieurs centaines d’étudiants allemands, dont bon nombre devaient à Hus leur première connaissance des enseignements de la Bible; rentrés chez eux, ils les répandirent dans leur pays.

Hus sommé de comparaître devant le pape

On ne tarda pas à savoir, à Rome, ce qui se passait à Prague, et Hus fut sommé de comparaître devant le pape. Obéir, c’était courir au-devant d’une mort certaine. Le roi et la reine de Bohême, l’université et la noblesse s’unirent pour demander que Hus fût autorisé par le pape à rester à Prague et à se faire représenter à Rome par un délégué. Au lieu d’accueillir favorablement cette requête, le pape procéda au jugement de Hus, le condamna et mit la ville de Prague en interdit.

À cette époque, une telle sentence jetait l’effroi dans tous les coeurs. Les cérémonies qui l’accompagnaient étaient propres à terrifier les personnes habituées à considérer le pape comme le représentant de Dieu sur la terre, possédant les clés du ciel et de l’enfer et ayant le pouvoir d’invoquer des châtiments temporels et spirituels. On croyait que jusqu’à ce que le pape jugeât bon de lever l’anathème, les portes du ciel étaient fermées pour la région frappée d’excommunication et que les morts étaient exclus du séjour de la félicité. En signe de calamité, tous les offices religieux étaient suspendus. Les églises étaient fermées. Les mariages se célébraient dans les cimetières. Les morts, privés de leur sépulture en terre sainte, étaient enterrés sans cérémonie religieuse soit dans des tranchées, soit dans les champs. C’est ainsi que Rome frappait les imaginations et dominait les consciences.

Prague était bouleversée. Les gens accusaient Hus d’être la cause de toutes les calamités et demandaient qu’il fût livré au pape. Pour calmer la tempête, le réformateur se retira quelque temps dans son village natal et écrivit de là à ses amis de Prague : « Sachez, mes bien-aimés, que c’est pour suivre l’exemple et l’avertissement du Christ que je me suis retiré du milieu de vous, de peur d’être pour les méchants une occasion de condamnation éternelle et pour les bons un sujet de tristesse et de deuil. J’ai fui pour que des prêtres impies ne continuent pas à interdire plus longtemps la prédication de la Parole de Dieu parmi vous, mais non parce que je renie la vérité divine pour laquelle, avec la grâce de Dieu, je suis prêt à mourir. » (E. de Bonnechose, Les Réformateurs avant la Réforme, vol. 1.) Loin de suspendre ses travaux, Hus parcourait la contrée environnante, prêchant la Parole de Dieu à des foules avides de l’entendre. Ainsi, les mesures que le pape prenait pour supprimer la diffusion de l’Évangile contribuaient à lui donner plus de publicité encore. « Car nous n’avons pas de puissance contre la vérité; nous n’en avons que pour la vérité. » ( 2 Corinthiens 13.8 )

Le conflit intérieur d’Hus

« Il semble qu’à cette époque, Hus était en proie à un douloureux conflit. Quoique l’Église cherchât à le terrasser par ses foudres, il n’avait pas rejeté son autorité. L’Église romaine était encore pour lui l’épouse du Christ, et le pape le representant et le vicaire de Dieu. C’est contre l’abus de cette autorité, et non contre son principe, que Hus était parti en guerre. De là un violent conflit entre les convictions de son esprit et les protestations de sa conscience.

Si l’autorité papale était légitime et infaillible, comme il le croyait, comment se faisait-il qu’il se sentît poussé à lui résister? Obéir, il s’en rendait compte, serait commettre un péché; mais pourquoi l’obéissance à une Église infaillible le plaçait-elle dans cette impasse?

Telle était l’énigme qu’il ne pouvait résoudre; tel était le doute qui le harcelait sans répit. Finalement, il comprit qu’il se trouvait devant une répétition de ce qui était arrivé au temps du Sauveur, à savoir que les prêtres de l’Église s’étaient pervertis et se servaient d’un pouvoir légitime en faveur de desseins illégitimes. Cette pensée l’amena à adopter et à proposer à d’autres cette règle de conduite :

les maximes et les préceptes des saintes Écritures doivent diriger notre conscience; en d’autres termes, Dieu, parlant par sa Parole, et non l’Église parlant par les prêtres, est le seul guide infaillible. » (Wylie, liv. III, chap. II.)

Dès que l’agitation se fut apaisée à Prague, Hus retourna à sa chapelle de Bethléhem, où il reprit ses prédications avec plus de zèle et de courage que jamais. Ses ennemis étaient actifs et puissants, mais la reine, plusieurs membres de la noblesse et une bonne partie de la population lui accordaient leur soutien et leur amitié. En comparant ses purs enseignements et sa vie sainte avec les dogmes dégradants que prêchaient les disciples de Rome, et l’avarice et le dérèglement de leur vie, plusieurs s’honoraient d’être de son parti.

Jean HUS et Jérôme de PRAGUE

Jusqu’alors, Hus avait été seul à la tâche; mais à partir de ce moment, Jérôme de Prague qui, pendant un séjour en Angleterre, avait accepté les enseignements de Wyclef, devint son collaborateur. Unis désormais pour la vie, ils devaient l’être aussi dans la mort. Joignant à un génie brillant une éloquence rare et une vaste érudition, Jérôme avait tout ce qu’il fallait pour gagner la faveur populaire. Mais Hus le dépassait au point de vue de la force de caractère. Sa pondération était un frein salutaire pour l’impulsif Jérôme, qui acceptait avec une véritable humilité les conseils de son ami. Leurs travaux réunis imprimaient à la Réforme une impulsion nouvelle.

Sans révéler à ces hommes de son choix toute la lumière qui devait être donnée au monde, Dieu leur fit voir plusieurs des erreurs de l’Église. Par leur moyen, il faisait sortir le peuple des ténèbres, mais graduellement et pas à pas, en tenant compte des nombreux et sérieux obstacles à surmonter. Non préparés à contempler la vérité dans tout son éclat, ils s’en fussent détournés, éblouis, telle une personne qui passe de l’obscurité à la clarté du soleil de midi. Siècle après siècle, d’autres ouvriers fidèles allaient être chargés de conduire les âmes plus loin encore sur le chemin de la Réforme.

Martyr de Jean HUS

Le schisme de l’Église durait encore. Trois papes se disputaient maintenant la tiare, et leurs luttes engendraient partout des troubles et des crimes. Non contents de se lancer réciproquement leurs foudres spirituelles, les candidats au trône pontifical eurent recours à la force. Chacun d’eux se mit en devoir de se procurer une armée, mettant en vente, à cet effet, les charges, les bénéfices et les grâces spirituelles de l’Église (voir Appendice a15). Suivant l’exemple de leurs supérieurs, les prêtres se livraient à la simonie, soit pour évincer des rivaux, soit pour accroître leur puissance. Avec une hardiesse de jour en jour grandissante, Hus tonnait contre ces abominations pratiquées sous le couvert de la religion, et le peuple accusait ouvertement les chefs de l’Église d’être la cause des maux qui accablaient la chrétienté.

La ville de Prague se vit derechef à la veille d’un conflit sanglant. Comme autrefois le prophète Élie, le serviteur de Dieu était accusé de jeter « le trouble en Israël ». ( 1 Rois 18.17 ) De nouveau, la ville fut frappée d’interdit, et Hus se retira dans son village natal. Il avait fini de rendre son fidèle témoignage dans sa chère chapelle de Bethléhem. Désormais, avant de livrer sa vie pour l’amour de la vérité, Hus allait étendre son action et s’adresser à toute la chrétienté.

En vue de remédier aux maux qui désolaient l’Europe, l’empereur Sigismond demanda a l’un des trois papes rivaux de convoquer un concile général à Constance.

Jean XXIII (Jean XXIII – Balthazar Cossa, 1360-1419) était loin de voir d’un bon oeil la réunion de ce concile. En effet, il redoutait l’examen de sa vie intime et de sa politique, même devant ces hommes aux moeurs relâchées qu’étaient les ecclésiastiques de l’époque. Il n’osa pas, toutefois, s’opposer à la volonté de l’empereur (voir Appendice a16).

Les deux grands objets du concile étaient de mettre un terme au schisme de l’Église et d’extirper l’hérésie. En conséquence, les deux antipapes, aussi bien que le principal propagateur des idées nouvelles, Jean Hus, furent sommés de comparaître devant l’assemblée.

Les deux premiers, craignant pour leur sécurité, s’y firent représenter par des délégués. Jean XXIII, qui avait convoqué le concile, ne vint à Constance qu’avec de vives appréhensions. Il soupçonnait l’empereur de nourrir secrètement le projet de le faire déposer, et redoutait fort d’être appelé à répondre des vices qui avaient déshonoré sa tiare, aussi bien que des crimes qui lui en avaient assuré la possession. Il fit néanmoins son entrée à Constance en grande pompe, escorté des membres du haut clergé et d’une suite de courtisans. Sa tête était protégée par un baldaquin doré soutenu par quatre notables. On portait l’hostie devant lui. L’éclat du cortège était rehaussé par les riches costumes des cardinaux et de la noblesse. Le clergé et les magistrats de la ville allèrent à la rencontre du pape pour lui souhaiter la bienvenue.

Un autre voyageur approchait en même temps de Constance. C’était Hus. Conscient des dangers qui le menaçaient, il avait dit à ses amis un dernier adieu, et s’était mis en route, convaincu qu’il se dirigeait vers le bûcher. Bien qu’il eût obtenu un sauf-conduit du roi de Bohême et en eût reçu un autre, en cours de route, de l’empereur Sigismond, il avait pris toutes ses dispositions en vue de sa mort probable.

Dans une lettre à ses amis de Prague, il écrivait :

« Mes frères… je pars; muni d’un sauf-conduit du roi, je vais au-devant de nombreux et mortels ennemis…. Je me confie entièrement au Dieu tout-puissant et en mon Sauveur;

j’espère qu’il exaucera vos ardentes prières; qu’il mettra la prudence et la sagesse en ma bouche, et qu’il m’accordera son Saint-Esprit pour me fortifier dans sa vérité, de sorte que j’affronte avec courage les tentations, la prison et, si c’est nécessaire, une mort cruelle. Jésus-Christ a souffert pour ses bien-aimés, nous laissant son exemple, afin que nous endurions patiemment nous-mêmes toutes choses pour notre propre salut. Il est Dieu, et nous sommes ses créatures; il est le Seigneur, et nous sommes ses serviteurs; il est le Maître du monde, et nous sommes de chétifs mortels; — cependant il a souffert : pourquoi ne souffririons-nous pas, surtout lorsque la souffrance est pour nous un moyen de purification?… Ainsi donc, mes bien-aimés, si ma mort doit contribuer à sa glorification, priez pour qu’elle vienne promptement et pour que Dieu m’accorde de supporter tous mes malheurs avec patience. Mais s’il est préférable que je revienne au milieu de vous, demandons à Dieu que je reparte sans tache de ce concile, c’est-à-dire sans avoir rien retranché de la vérité de l’Évangile, afin de laisser à mes frères un bel exemple à suivre. Peut-être ne reverrez-vous plus mon visage à Prague; mais si la volonté du Dieu tout-puissant daigne me rendre à vous, avançons alors d’un coeur plus ferme dans la connaissance et dans l’amour de sa Loi. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol. 1.)

Dans une autre lettre, adressée à un prêtre qui était devenu un disciple de l’Évangile, Hus parle avec une profonde humilité de ses faiblesses; il s’accuse d’avoir pris plaisir à porter de riches vêtements et d’avoir gaspillé des heures à des occupations frivoles. Puis il ajoute cette touchante exhortation :

« Que la gloire de Dieu et le salut des âmes occupent seuls ton esprit, et non la possession de bénéfices et d’héritages…. Prends garde à ne point orner ta maison plus que ton âme; et donne surtout tes soins à l’édifice spirituel.

Sois pieux et humble avec les pauvres, et ne dépense pas ton bien en festins. Si tu n’amendes ta vie et ne t’abstiens de vêtements somptueux et de superfluités, je crains que tu ne sois gravement châtié comme je le suis moi-même…. Tu as connu mes prédications et mes exhortations dès ton enfance; il est donc inutile que je t’écrive davantage; mais je te conjure, par la miséricorde de notre Seigneur, de ne me suivre dans aucune des vanités où tu m’as vu tomber. »

Il ajoutait sur l’enveloppe : « Je te conjure, ami, de ne point rompre ce cachet avant d’avoir acquis la certitude de ma mort. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol. I.)

Pendant toute la durée de son voyage, Hus eut la preuve que sa doctrine était connue au loin et il put constater la faveur dont sa cause était l’objet. Le peuple accourait au-devant de lui; dans quelques villes, il était escorté par les magistrats.

HUS à Constance

Arrivé à Constance, il jouit d’abord d’une entière liberté. Le pape ajouta au sauf-conduit de l’empereur une assurance personnelle de sa protection. Mais peu après, au mépris de ces nombreuses et solennelles déclarations, par ordre du pape et des cardinaux, le réformateur fut arrêté et jeté dans une prison infecte, et plus tard transféré dans un château fort au bord du Rhin.

Ne tirant pas grand profit de sa perfidie, le pape se vit à son tour interné dans le même château.(Id., p. 300.) Convaincu, devant le concile, des crimes les plus odieux, entre autres de meurtre, de simonie, d’adultère, « et de péchés que la décence ne permet pas de mentionner » (telle est la déclaration du concile), Jean XXIII fut privé de la tiare. Les antipapes furent également déposés, et un nouveau pontife fut choisi.

Le même concile, tout en réclamant une réforme et en déposant le pape pour des crimes, plus énormes que ceux dont Hus accusait les prêtres, voulut aussi en finir avec le réformateur. L’incarcération de Hus avait provoqué une grande indignation en Bohême. De puissants seigneurs adressèrent au concile une protestation véhémente contre cet affront. L’empereur, qui répugnait à la violation d’un sauf-conduit, s’opposait aux machinations des ennemis du réformateur. Acharnés et résolus, ceux-ci firent appel aux préjugés de Sigismond et à son zèle pour l’Église. Ils établirent, par de longs arguments, qu’on « n’était pas tenu, malgré les sauf-conduits des empereurs et des rois, de garder la foi aux hérétiques, ni aux personnes suspectes d’hérésie » (L’enfant, Histoire du Concile de Constance, vol. I.), et ils finirent par l’emporter.

Affaibli par la maladie, par sa longue réclusion, par l’air humide et infect de son cachot et par une fièvre qui faillit mettre un terme à ses jours, Hus fut enfin appelé à comparaître devant le concile.

Chargé de chaînes, il parut devant l’empereur qui avait pris, sur son honneur et sa bonne foi, l’engagement de le protéger. Au cours d’un long interrogatoire, le réformateur soutint fermement la vérité. En présence des dignitaires réunis de l’Église et de l’Empire, il fit entendre une protestation solennelle contre les désordres de la hiérarchie. Mis en demeure de choisir entre la rétractation et la mort, il choisit cette dernière.

Hus avait été visiblement soutenu par la grâce de Dieu. Pendant les semaines de souffrances qui s’écoulèrent avant la sentence définitive, il avait joui d’une paix céleste. Il écrivait à un ami : « Je trace ces lignes dans ma prison et de ma main enchaînée, attendant de subir demain ma sentence de mort…. Lorsque, nous nous retrouverons dans l’heureuse éternité, tu sauras avec quelle clémence le Seigneur a daigné m’assister dans mes cruelles épreuves. » (E. de Bonnechose, ouv. vol. II.)

De sa triste prison, Hus prévoit le triomphe de la vraie foi. Dans un songe il voit sa chapelle de Bethléhem, où il avait prêché l’Évangile, il voit le pape et ses évêques occupés à effacer les images du Christ qu’il avait fait peindre sur les parois. Il en est très affligé; « mais le lendemain il voit de nouveau dans un rêve plusieurs peintres occupés à repeindre les images en plus grand nombre et avec des couleurs plus vives. Ce travail achevé, les peintres, entourés d’une grande foule, s’écrient : Que maintenant viennent papes et evêques! ils ne les effaceront plus jamais. » Après avoir relaté ce dernier songe, le réformateur ajoute : « je tiens ceci pour certain que l’image du Christ ne sera jamais effacée. Ils ont voulu la détruire; mais elle sera peinte à nouveau dans les coeurs par de meilleurs prédicateurs que moi. »

Quand, pour la derniere fois, Hus comparut devant le concile, il se trouva dans une nombreuse et brillante assemblée où l’on remarquait l’empereur, les princes de l’empire, les délégués royaux, les cardinaux, les évêques. Des prêtres et une foule immense étaient présents. De toutes les parties de la chrétienté, étaient accourus les témoins du premier des grands sacrifices marquant la longue lutte qui devait aboutir à la liberté de conscience.

Invité à faire part de sa décision finale, Hus répéta son refus d’abjurer, puis, portant son regard pénétrant sur le monarque honteusement infidèle à sa parole d’honneur, il ajouta : « Je suis venu à ce concile de mon plein gré et sous la foi publique et la protection de l’empereur, ici présent. » Alors tous les regards se tournèrent vers Sigismond, dont le visage s’empourpra.

La sentence rendue, la cérémonie de la dégradation commença. Les évêques affublèrent leur prisonnier de vêtements sacerdotaux. Ce dernier, en prenant l’aube, fit cette remarque : « Quand Hérode fit conduire notre Seigneur à Pilate, on le revêtit d’une robe blanche pour l’insulter. »

Exhorté derechef à se rétracter, il répondit en se tournant vers le peuple : « Comment, après cela, lèverais-je le front vers le ciel? De quel oeil soutiendrais-je les regards de cette foule d’hommes que j’ai instruits… de la pure doctrine de l’Évangile de Jésus-Christ?… Non, non! il ne sera pas dit que j’ai préféré à leur salut éternel le salut de ce corps misérable destiné à la mort. »

Ses vêtements lui furent enlevés l’un après l’autre, et sur chacun d’eux les évêques prononcèrent une malédiction. On posa sur sa tête une couronne ou mitre pyramidale où étaient peints des diables affreux, avec cette inscription : L’HÉRÉSIARQUE. « C’est avec joie, déclara Hus, que j’accepte de porter cette couronne d’opprobre, par amour pour toi, Jésus, qui, pour moi, portas une couronne d’épines. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol.II.)

Ayant achevé de le travestir, les prélats lui dirent : « Nous livrons maintenant ton âme au diable. » À quoi Hus répondit, en levant les regards vers le ciel : « Et moi, je remets mon esprit entre tes mains, ô Seigneur Jésus, car tu m’as racheté. » (Wylie, liv. III, chap. VII.)

Il fut alors livré au bras séculier et conduit au lieu d’exécution. Uue foule immense d’hommes armés, de prêtres, d’évêques somptueusement vêtus, accompagnés des habitants de Constance, le suivirent. Dès que Hus eut été attaché sur le bûcher prêt à être allumé, on l’exhorta une fois de plus à sauver sa vie par une rétractation de ses erreurs. « À quelles erreurs devrais-je renoncer? demanda Hus. Je ne me sens coupable d’aucune. Je prends Dieu à témoin que tout ce que j’ai prêché et écrit n’avait d’autre but que d’arracher des âmes au péché et à la perdition. C’est avec joie que je scellerai de mon sang les vérités que j’ai prêchées et écrites. » Quand les flammes commencèrent à l’envelopper, il se mit à chanter : « Jésus, Fils de David, aie pitié de moi », et il continua jusqu’à ce que sa voix se fût éteinte pour toujours.

Ses ennemis eux-mêmes furent frappés de son héroïsme. Un zélé partisan du pape, décrivant le martyre de Hus et de Jérôme, qui mourut peu après, a écrit : « Tous deux se montrèrent fermes à l’approche de leur dernière heure. Ils se préparèrent pour le feu comme ils l’auraient fait pour assister à une noce. Ils ne firent pas entendre un seul cri de douleur. Quand les flammes s’élevèrent, ils se mirent à chanter des cantiques, et c’est à peine si l’ardeur du feu réussit à arrêter leur chant. » (Wylie, liv. III, chap. III.)

Dès que le corps de Hus fut entièrement consumé, on recueillit ses cendres, et on les jeta dans le Rhin qui les charria dans l’océan.

En vain ses ennemis crurent avoir extirpé les vérités qu’il avait prêchées; ils ne se doutaient pas que ces cendres perdues dans la mer seraient semblables à une semence qui se répandrait dans tous les pays de la terre et produirait dans des contrées encore inconnues des fruits abondants à la gloire de la vérité. La voix courageuse qui s’était fait entendre dans les salles du concile de Constance allait éveiller des échos dans tous les siècles suivants. Hus n’était plus, mais les vérités pour lesquelles il était mort ne pouvaient périr. Son exemple de foi et de constance devait encourager des multitudes à tenir ferme pour la vérité en face des tortures et de la mort. Son exécution avait dévoilé la perfide cruauté de Rome aux yeux du monde entier. Inconsciemment, les ennemis de la vérité avaient contribué au progrès de la cause qu’ils désiraient détruire.

Comparution de Jérôme de PRAGUE

Un second bûcher devait se dresser à Constance. Un autre témoin allait déposer en faveur de l’Évangile. En faisant ses adieux à Hus, avant son départ pour le concile, Jérôme l’avait exhorté à la fermeté et au courage, lui promettant de voler à son secours au cas où il courrait quelque danger. Dès qu’il apprit l’arrestation de son ami, le fidèle disciple s’acquitta de sa promesse. Sans aucun sauf-conduit, escorté d’un seul compagnon, il se mit en route pour Constance. Arrivé dans cette ville, il se rendit compte de l’impossibilité dans laquelle il se trouvait de porter secours à Hus et du danger qu’il courait. Il s’enfuit aussitôt, mais il fut rejoint, arrêté et ramené, chargé de chaînes, sous bonne garde. Lors de sa première comparution, ses tentatives pour se justifier des accusations portées contre lui furent accueillies par les cris : « Aux flammes! aux flammes! » Reconduit en prison, enchaîné dans une position douloureuse, n’ayant pour toute nourriture que du pain et de l’eau, Jérôme, après quelques mois de ce régime, tomba malade et fut bien près de la mort. Ses ennemis, craignant qu’il ne leur échappe, adoucirent son sort, mais le laissèrent encore en prison toute une année.

La mort de Hus n’avait pas produit l’effet que ses ennemis en avaient attendu : la violation du sauf-conduit avait déchaîné une tempête d’indignation. Aussi le concile jugea-t-il qu’il était préférable d’arracher, si possible, à Jérôme une rétractation plutôt que de le livrer aux flammes.

II fut amené devant l’assemblée, qui lui offrit l’alternative de la rétractation ou du bûcher. Au commencement de sa captivité, la mort eût été pour Jérôme une grâce en comparaison des souffrances qu’il devait endurer; mais alors, affaibli par la maladie et par la réclusion, déprimé par l’anxiété et l’attente, séparé de ses amis et abattu par la mort de Hus, sa constance l’abandonna.

Il consentit à se soumettre au concile, et accepta le décret condamnant les doctrines de Wiclef et de Hus, sans abandonner toutefois « les saintes vérités » qu’ils avaient enseignées.

Par ce compromis, Jérôme espérait calmer la voix de sa conscience et échapper à la mort. Mais, réintégré dans la solitude de sa prison, il comprit mieux ce qu’il avait fait. Le courage et la fidélité de Hus se présentèrent à lui en contraste avec son reniement de la vérité. Il reporta ses pensées sur le divin Maître qu’il s’était engagé à servir, et qui, par amour pour lui, avait souffert la mort de la croix. Avant sa rétractation, Jérôme avait été soutenu dans toutes ses souffrances par l’assurance de la grâce divine. Mais maintenant son âme était torturée par le doute et le remords. Il comprenait que pour être en paix avec Rome, il devrait faire de nouvelles concessions et que la voie dans laquelle il était entré ne pouvait aboutir qu’à une complète apostasie. Aussi prit-il la résolution de ne point consentir, pour s’épargner une courte période de souffrances, à renier son Sauveur.

Regrets et Résolution de Jérôme de PRAGUE

Il fut bientôt ramené devant le concile. Ses juges n’étaient pas encore satisfaits de sa soumission. Leur soif de sang, excitée par la mort de Hus, exigeait de nouvelles victimes. Seule une répudiation complète de la vérité pouvait arracher Jérôme à la mort.

Mais celui-ci avait résolu de confesser sa foi et de suivre son frère et ami jusque dans les flammes du bûcher. Il retira sa première rétractation, et, comme tout condamné à mort, il sollicita le droit de présenter sa défense. Craignant l’effet de ses paroles, les prélats exigèrent qu’il se bornât à reconnaître ou à nier la véracité des accusations portées contre lui. Jérôme protesta contre cette injustice et cette cruauté : « Vous m’avez tenu enfermé trois cent quarante jours dans une affreuse prison, dans l’ordure, dans la puanteur, dans le besoin extrême de toutes choses; vous me faites ensuite comparaître devant vous et, prêtant l’oreille à mes ennemis mortels, vous refusez de m’écouter!… Si vous êtes réellement des hommes sages et les lumières du monde, prenez garde de ne point pécher contre la justice. Pour moi, je ne suis qu’un faible mortel : ma vie est peu de chose, et lorsque je vous exhorte à ne point rendre une sentence inique, je parle moins pour moi-même que pour vous. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol. II.)

On fit droit à sa requête. Jérôme s’agenouilla en présence de ses juges, demandant à Dieu de diriger ses pensées et ses paroles, en sorte qu’il ne dise rien qui fût contraire à la vérité ou indigne de son Maître. Aussi vit-on, en ce jour, se réaliser la promesse de Jésus à ses premiers discipies : « Vous serez menés, à cause de moi, devant des gouverneurs et devant des rois…. Mais, quand on vous livrera, ne vous inquiétez ni de la manière don’t vous parlerez ni de ce que vous direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à l’heure même; car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous. » ( Matthieu 10.18-20 )

Les paroles de Jérôme excitèrent l’étonnement et l’admiration de ses ennemis eux-mêmes. Il avait été enfermé durant une année dans une prison obscure où il lui avait été impossible de lire et où il avait éprouvé de vives souffrances physiques et de grandes angoisses morales. Néanmoins, il parla avec autant de clarté et de puissance que s’il avait eu l’occasion de préparer sa défense à son aise. Il attira l’attention de ses juges sur tous les hommes injustement condamnés au cours des siècles. Il en mentionna plusieurs — le Christ y compris — qui, après avoir été couverts d’opprobre et condamnés comme malfaiteurs parce qu’ils avaient tenté d’éclairer leurs semblables, furent plus tard jugés dignes des plus grands honneurs.

Dans sa rétractation, Jérôme avait reconnu comme juste la sentence qui avait condamné Hus. Honteux de sa faiblesse, il rendit un éclatant témoignage à l’innocence et à la sainteté du martyr. « Je l’ai connu depuis son enfance, dit-il… C’était un homme excellent, un juste, un saint, et vous avez osé condamner cet innocent…! Moi aussi, je suis prêt à mourir; je ne reculerai pas devant le supplice que me préparent mes ennemis et de faux témoins qui devront un jour rendre compte de leurs impostures devant le grand Dieu que rien ne peut tromper. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol.II.)

Parlant des remords que lui occasionnait son reniement, Jérôme poursuivit : « De tous les péchés que j’ai commis depuis ma jeunesse, aucun ne me pèse davantage et ne me cause de plus poignants remords que celui que j’ai commis en ce lieu fatal, lorsque j’ai approuvé la sentence inique rendue contre Wiclef et contre ce saint martyr Jean Hus, mon maître et mon ami. Oui, je le confesse de coeur et de bouche, je le dis avec horreur, j’ai honteusement failli par crainte de la mort en condamnant leurs doctrines. Je supplie donc le Dieu tout-puissant de me pardonner mes péchés, et particulièrement celui-ci, le plus odieux de tous. »

En tendant la main vers ses juges, il ajouta d’une voix ferme : « Vous avez condamné Wiclef et Jean Hus, non comme ayant ébranlé la doctrine de l’Église, mais seulement parce qu’ils ont flétri les scandales provenant du clergé : le faste, l’orgueil et tous les vices des prélats et des prêtres. Les choses qu’ils ont dites et qui sont irréfutables, je les pense et je les dis comme eux. »

Frémissants de colère, les prélats l’interrompirent en s’écriant : « Qu’est-il besoin d’autre preuve? Nous voyons de nos yeux le plus obstiné des hérétiques! »

Sans se laisser émouvoir par cette tempête, Jérôme continua : « Et quoi, pensez-vous donc que je craigne la mort? Vous m’avez retenu toute une année aux fers, dans un affreux cachot, plus horrible que la mort même; vous m’avez traité plus rigoureusement qu’un Turc, qu’un Juif ou qu’un païen, et ma propre chair a pourri vivante sur mes os. Et cependant je ne me plains pas, car la plainte sied mal à un homme de coeur; mais je m’étonne d’une si grande barbarie envers un chrétien. »

Le tumulte couvrit de nouveau sa voix, et Jérôme fut reconduit dans sa prison. Mais il s’était trouvé dans l’assemblée des personnes sur lesquelles ses paroles avaient fait une profonde impression, et qui désiraient sauver Jérôme. Des dignitaires de l’Église allèrent le trouver pour l’engager à se soumettre au concile. On lui promettait l’avenir le plus brillant si, souscrivant à la sentence rendue contre Jean Hus, il abjurait sa doctrine. Comme son maître, alors qu’on lui offrait les gloires de ce monde, il demeura inébranlable :

« J’abjurerai, dit-il, si, par la sainte Écriture, vous me démontrez que je suis dans l’erreur. »

« Eh quoi! fit l’un de ses tentateurs, jugera-t-on de tout par les saintes Lettres? Ne faut-il pas revenir aux Pères pour les interpréter? »

« Qu’entends-je? s’écria Jérôme…. Les traditions des hommes sont-elles plus dignes de foi que cette sainte Parole du Seigneur? Paul n’a point exhorté ses lecteurs à écouter les traditions des hommes; il a dit : ‘Les saintes Écritures vous instruiront.’ »

« Hérétique! fit un cardinal en jetant sur lui un regard courroucé, je me repens d’avoir ici plaidé si longtemps pour toi : le diable est dans ton coeur. » (E. de Bonnechose, ouv. cité, vol. II.)

Jérôme fut condamné à mort et brûlé à l’endroit même où Hus avait donné sa vie. C’est en chantant, et le visage rayonnant de paix et de joie, qu’il se rendit au lieu du supplice. Il avait les yeux fixés sur son Sauveur. Pour lui, la mort avait perdu ses terreurs. Le bourreau s’étant glissé derrière lui pour allumer le bucher, le martyr lui cria : « Avance hardiment, et mets le feu devant moi; si je l’avais craint, je ne serais pas ici. »

Les dernières paroles qu’il proféra pendant que les flammes l’enveloppaient furent celles-ci : « Seigneur, Père tout-puissant, aie pitié de moi et pardonne-moi mes péchés, car tu sais que j’ai toujours aimé ta vérité. » (Idem.) Sa voix cessa de se faire entendre, mais ses lèvres murmuraient encore une prière. Quand le feu eut achevé son oeuvre, on recueillit ses cendres, et on les jeta dans le Rhin comme on l’avait fait pour celles de Hus.

Ainsi mouraient les fidèles témoins du Dieu vivant. Mais la lumière des vérités qu’ils avaient proclamées — leur héroïque exemple — ne pouvait être éteinte. Pas plus qu’il ne leur était possible d’empêcher le soleil de poursuivre sa course, les hommes ne pouvaient arrêter l’aurore qui commençait à poindre sur le monde.

Croisades religieuses en Bohême

L’exécution de Hus avait soulevé en Bohême une vague d’indignation et d’horreur. Toute la nation avait le sentiment qu’il avait été victime de la malignité des prêtres et de la trahison de l’empereur. On le tenait pour un fidèle témoin de la vérité; le concile qui avait décrété sa mort fut accusé de meurtre; sa doctrine attirait maintenant plus que jamais l’attention.

L’édit papal avait condamné au feu les écrits de Wiclef. Mais ceux qui avaient échappé à la destruction étaient retirés de leurs cachettes et comparés avec les Écritures ou avec les fragments du saint Livre que l’on pouvait se procurer; et ainsi plusieurs étaient amenés à la foi réformée.

Les meurtriers de Hus n’assistèrent pas les bras croisés au triomphe de sa cause. Le pape et l’empereur unirent leurs forces pour écraser le mouvement, et les armées de Sigismond se ruèrent sur la Bohême.

Ziska, chef des Bohémiens

Mais un libérateur parut. Ziska, chef des Bohémiens, qui fut frappé de cécité peu après l’ouverture des hostilités, était l’un des plus grands capitaines de son siècle. Comptant sur l’assistance de Dieu et la justice de sa cause, ce peuple résista aux plus puissantes armées dirigées contre lui. À plusieurs reprises, l’empereur envahit la Bohême avec de nouvelles troupes, mais pour se faire battre à plate couture. Les hussites s’étaient élevés au-dessus de la crainte de la mort, et rien ne pouvait leur résister. Quelques années plus tard, le brave Ziska mourut et fut remplacé par Procopius, capitaine également brave et habile, et, sous certains rapports, supérieur au premier.

Deux victoires surnaturelles

Apprenant la mort du général aveugle, les ennemis des Bohémiens jugèrent le moment propice pour regagner tout le terrain perdu. Le pape proclama une croisade contre les hussites et, derechef, une immense armée envahit la Bohême, mais pour aller, une fois de plus, au-devant d’une sanglante défaite. Une nouvelle croisade fut organisée. On leva des hommes et on se procura de l’argent, des armes et des munitions dans toutes les parties de l’Europe. Des multitudes vinrent se ranger sous les étendards du pape avec la certitude d’écraser enfin ce peuple d’hérétiques. Confiants en la victoire, les envahisseurs pénétrèrent en Bohême. Le peuple courut aux armes pour les repousser. Les deux armées se rapprochèrent l’une de l’autre jusqu’à ce que, seule, une rivière les séparât. « Les croisés étaient de beaucoup supérieurs en nombre; mais au lieu de franchir le cours d’eau, et d’engager la bataille avec ces hussites qu’ils venaient combattre de si loin, ils se contentèrent de les contempler en silence. » (Wylie, liv. III, chap. XVII.) Soudain, ils furent pris d’une mystérieuse panique. Sans coup férir, cette puissante armée se débanda et se dispersa, comme frappée par une puissance invisible. Un grand nombre de fuyards furent massacrés par l’armée hussite, et un immense butin resta aux mains des vainqueurs.

Quelques années plus tard, un nouveau pape donna une nouvelle croisade. Comme pour la campagne précédente, on recruta des hommes et des fonds dans toute l’Europe. De grands avantages étaient offerts à ceux qui s’enrôlaient dans cette périlleuse entreprise. Tout croisé recevait l’assurance de l’impunité des crimes les plus odieux. On promettait à ceux qui tomberaient sur le champ de bataille une belle récompense dans le ciel, et aux survivants des richesses et des honneurs. Encore une fois, une grande armée franchit la frontière et entra en Bohême. Les hussites se retirèrent devant elle, attirant ainsi les envahisseurs à l’intérieur du pays et leur laissant croire qu’ils avaient déjà la victoire. Mais l’armée de Procopius fit volte-face, et s’apprêta à livrer bataille aux forces ennemies. S’apercevant seulement alors de leur erreur, les croisés restèrent dans leur camp, attendant l’attaque. Lorsqu’ils apprirent que l’armée hussite approchait, et avant même qu’elle fût en vue, les croisés, saisis de panique, lâchèrent pied. Princes, généraux et soldats, jetant leurs armures, s’enfuirent dans toutes les directions. Le légat du pape, chef de l’expédition, s’efforça de rallier ses troupes terrifiées. Il fut lui-même entraîné par la vague des fugitifs. La déroute fut complète, et un immense butin resta de nouveau entre les mains des vainqueurs.

Ainsi, à deux reprises une armée brave et aguerrie, envoyée par les plus puissantes nations d’Europe, avait fui sans tirer l’épée devant une faible et petite phalange. Ces terreurs surnaturelles des envahisseurs révélaient une manifestation de la puissance divine. Celui qui avait précipité l’armée de Pharaon dans la mer Rouge, mis en fuite les troupes de Madian devant Gédéon et ses trois cents hommes, et détruit en une nuit les forces de l’orgueilleux Assyrien, avait de nouveau étendu sa main pour abattre la puissance de l’oppresseur. « Alors ils trembleront d’épouvante, sans qu’il y ait sujet d’épouvante; Dieu dispersera les os de ceux qui campent contre toi; tu les confondras, car Dieu les a rejetés. » ( Psaume 53.3 )

Les chefs de l’Église ont recours à la diplomatie

Désespérant de vaincre par la force, les chefs de l’Église eurent recours à la diplomatie. On proposa un compromis qui, tout en concédant apparemment aux hussites la liberté de conscience, les livrait au pouvoir de la papauté. Les Bohémiens mirent quatre conditions à la paix avec Rome : la libre prédication de la Parole de Dieu et l’usage de leur langue maternelle dans le culte; la communion sous les deux espèces pour toute la congrégation; l’exclusion du clergé de toutes fonctions administratives et gouvernementales; enfin, en cas de crime, clercs et laïques devaient tous relever des mêmes tribunaux. Le clergé finit par « souscrire aux quatre conditions des hussites, mais en déclarant que le droit de les définir et d’en déterminer le sens exact serait l’affaire du concile, c’est-à-dire du pape et de l’empereur ». (Wylie, liv. III, chap. XVIII.) C’est sur cette base qu’un traité fut conclu; Rome obtenait ainsi par dissimulation et par fraude ce qu’elle n’avait pu obtenir par la force : ayant la liberté de fixer le sens des articles, elle allait évidemment leur donner celui qui répondait à ses voeux.

Un parti nombreux, voyant la liberté en danger, ne put souscrire à l’accord. Des dissensions intestines et des divisions s’ensuivirent, qui amenèrent des conflits armés. Dans ces luttes, le noble Procopius tomba, et avec lui périrent les libertés de la Bohême. Sigismond, qui avait trahi Hus et Jérôme, devint alors roi de Bohême. Malgré son serment de défendre les droits de ce pays, il voulut y établir la papauté. Mais sa complaisance envers Rome ne lui fut guère profitable. Pendant vingt ans, il avait dû affronter sans cesse toutes sortes de périls. Ses armées avaient été décimées et ses finances épuisées par une lutte longue et stérile. Lorsqu’il mourut, après un an de règne, il léguait à la postérité un nom marqué d’infamie et son royaume était menacé par la guerre civile.

Les divisions, les tumultes et les effusions de sang se prolongèrent. Des armées étrangères envahirent encore la Bohême, et la nation continua d’être bouleversée par des luttes intestines. Ceux qui étaient restés fidèles à l’Évangile furent en butte à une sanglante persécution.

Voyant que les erreurs de Rome étaient adoptées par ceux de leurs anciens frères qui avaient fait un pacte avec elle, les adhérents de l’antique foi constituèrent une Église distincte qui prit le nom d’« Église de l’Unité des Frères ». Exposés aux anathèmes de tous les partis, ils demeurèrent inébranlables. Contraints d’aller chercher un refuge dans les bois et dans les cavernes, ils n’en continuèrent pas moins de se réunir pour adorer Dieu et lire Sa Parole.

Par des messagers qu’ils avaient envoyés secrètement en divers pays ils apprirent qu’il y avait çà et là, dans diverses villes, « des témoins isolés de la vérité esposés comme eux à la persécution, et qu’il existait dans le massif alpestre une ancienne Église bâtie sur le fondement des saintes Écritures et protestant contre l’idolâtrie romaine ». (Id., chap. XIX.) Ils accueillirent cette nouvelle avec une grande joie, et ils entrèrent en correspondance avec les chrétiens vaudois.

Fermement attachés à l’Évangile, les Bohémiens continuèrent, sous les plus sombres persécutions, de tenir les regards fixés vers l’horizon, comme attendant les premières lueurs du jour.

« Appelés à vivre à une époque malheureuse, ils se souvenaient des paroles de Hus répétées ensuite par Jérôme, qu’un siècle devait s’écouler avant l’apparition de la lumière du matin. Ces paroles furent pour les Taborites (les hussites) ce que celles de Joseph avaient été pour les douze tribus pendant leur servitude : ‘Je vais mourir; mais Dieu vous visitera certainement, et il vous fera remonter de ce pays.’ » (Id., chap. XIX.) « La fin du quinzième siècle fut témoin de l’accroissement lent mais constant des églises des Frères. Loin d’être libres, ceux-ci jouirent néanmoins d’un repos relatif. Au commencement du seizième siècle, ils comptaient deux cents congrégations en Bohême et en Moravie. » (Gillett, Life and Times of John Huss, vol. II, p. 570.) « Ainsi, un reste considérable de réchappés du feu et de l’épée put voir l’aurore du jour annoncé par Jean Hus. »

(Cet article est extrait du livre “La tragédie des siècle” ; voir, télécharger :pdfepubKindle