• Les grands événements qui ont marqué les progrès de la réforme pendant les siècles passés relèvent de l'histoire; ils sont si universellement connus et admis que nul ne peut contester leur authenticité. L'objet de cette section n'est pas tant de présenter des vérités nouvelles concernant les luttes du passé que d'en dégager les faits et les principes qui ont une portée sur les événements prochains. Considérés comme faisant partie du grand conflit entre la puissance de la lumière et celle des ténèbres, tous ces événements acquièrent une signification nouvelle...

     

Zwingli, Le réformateur suisse.

 

C031_thumb.jpg« La Parole de Dieu... ne saurait errer; elle est lumineuse, elle enseigne, elle révèle, elle illumine l'âme par le salut et par la grâce; elle console en Dieu; elle humilie au point qu'on s'oublie pour ne penser qu'à Dieu. » Seraient-ce des oeuvres inutiles, de longs pèlerinages, des offrandes, des images, l'invocation de la Vierge et des saints qui vous obtiendraient la grâce de Dieu?... Qu'importe la multitude des paroles dont nous formons nos prières! Qu'importent un capuchon éclatant...?... C'est au coeur que Dieu regarde; et notre coeur est éloigné de Dieu. »

Le réformateur Suisse.

Le choix des hommes employés à la réforme de l'Église révèle un principe analogue à celui qui présida à son établissement. Le divin Maître laissa de côté les grands de la terre, les gens titrés et les riches, accoutumés à recevoir les louanges et les hommages du peuple. Pleins du sentiment de leur supériorité, ils n'eussent pu sympathiser avec leurs semblables ni devenir les collaborateurs de l'humble Nazaréen. C'est à d'incultes pêcheurs de la Galilée que fut adressé l'appel : « Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. » ( Matthieu 4.19 ) Ces humbles, disposés à se laisser enseigner, n'avaient guère subi l'influence des faux enseignements de leur temps, et le Seigneur pouvait plus facilement les former pour Son service. Il en fut de même aux jours de la Réforme. Les principaux réformateurs, hommes du peuple, furent par conséquent moins atteints que d'autres par l'orgueil du rang et par le bigotisme religieux. Pour réaliser de grands desseins, Dieu se sert d'humbles instruments, afin que la gloire n'en soit pas attribuée à l'homme, mais « à celui qui produit le vouloir et le faire, selon son bon plaisir ».

Jeunesse et éducation d'Ulrich Zwingli

Quelques semaines après la naissance de Luther dans la chaumière d'un mineur saxon, Ulrich Zwingle venait au monde dans le chalet d'un berger des Alpes.

Ulrich-Zwingli-1.jpgLe milieu et la première éducation de Zwingle étaient propres à le préparer en vue de sa future mission. Élevé au sein de paysages sublimes et sauvages, il avait constamment le sentiment de la puissance, de la grandeur et de la majesté de Dieu. L'histoire des exploits de ses compatriotes enflammait sa juvénile ardeur. Il recueillait des lèvres de sa pieuse grand-mère les histoires saintes qu'elle avait glanées parmi les légendes et les traditions de l'Église. C'est avec le plus profond intérêt qu'il écoutait le récit de la vie des patriarches et des prophètes, des bergers paissant leurs troupeaux sur les montagnes de la Palestine où des anges vinrent les entretenir de l'enfant de Bethléhem et de l'Homme de Golgotha.

De même que Jean Luther, le père de Zwingle, désirant faire instruire son fils, lui fit quitter très tôt la vallée où il avait vu le jour. Ses progrès furent si rapides que la question se posa bientôt de savoir où lui trouver des maîtres compétents.

À l'âge de treize ans, il se rendit à Berne où se trouvait l'école la plus célèbre de Suisse. Là, le jeune homme courut un danger qui faillit compromettre son avenir : des moines le sollicitèrent vivement d'entrer au couvent. Par la richesse et le luxe de leurs églises, par la pompe de leurs cérémonies, par l'attraction de reliques célèbres et d'images miraculeuses, les dominicains et les franciscains se disputaient à Berne la faveur populaire.

Les dominicains se rendirent compte que, s'ils pouvaient gagner ce jeune et brillant élève, il serait pour eux une source de gains et d'honneurs.

Son extrême jeunesse, ses dons naturels d'écrivain et d'orateur, son talent pour la musique et la poésie seraient, pensaient-ils, plus puissants que toutes leurs pompes pour attirer la foule dans leur église et augmenter leurs revenus. Par ruse et flatterie, ils s'efforcèrent de faire entrer Zwingle dans leur ordre. Pendant ses études, Luther était allé s'ensevelir dans une cellule de couvent; si la Providence divine ne l'en eût fait sortir, il eut été perdu pour le monde. Zwingle ne devait pas courir le même péril. Son père fut providentiellement informé des intentions des moines.

Ne désirant nullement laisser son fils embrasser leur vie oisive et stérile, et voyant que l'utilité future de celui-ci était en jeu, il lui ordonna de regagner immédiatement le toit paternel.

Le jeune homme obéit; mais ne pouvant rester longtemps dans sa vallée natale, il alla poursuivre ses études à Bâle. C'est là qu'il entendit pour la première fois la prédication de l'Évangile de la grâce.

Wittembach, un professeur de langues anciennes, qui avait été amené à lire les saintes Écritures grâce à l'étude du grec et de l'hébreu, en communiquait les lumières à ses élèves. Il enseignait qu'il y avait une vérité plus ancienne et d'une valeur infiniment plus grande que les théories des savants et des philosophes, à savoir que la mort de Jésus est la seule rançon du péché. Ces paroles furent pour Zwingle les premières lueurs de l'aurore.