• Les grands événements qui ont marqué les progrès de la réforme pendant les siècles passés relèvent de l'histoire; ils sont si universellement connus et admis que nul ne peut contester leur authenticité. L'objet de cette section n'est pas tant de présenter des vérités nouvelles concernant les luttes du passé que d'en dégager les faits et les principes qui ont une portée sur les événements prochains. Considérés comme faisant partie du grand conflit entre la puissance de la lumière et celle des ténèbres, tous ces événements acquièrent une signification nouvelle...

     

Jean WICLEF, l'Etoile de la réforme

WICLEF, un précurseur de la réforme

Wiclef enseignait exactement les croyances qui caractérisèrent plus tard le protestantisme : le salut par la foi en Jésus-Christ et l'infaillible et souveraine autorité des saintes Écritures.

Les prédicateurs envoyés par lui répandaient la Bible et les écrits du réformateur avec un tel succès que bientôt la moitié du peuple anglais avait accepté la foi nouvelle.
L'apparition des saintes Écritures jeta l'épouvante dans le camp des dignitaires de l'Église. Ils avaient maintenant à combattre quelque chose de plus puissant que Wiclef, une force contre laquelle leurs armes avaient peu de prise. Il n'y avait alors en Angleterre aucune loi prohibant la diffusion des Livres saints, puisqu'ils n'avaient jamais été publiés en langue vulgaire. Ces lois furent élaborées et strictement mises en vigueur par la suite. En attendant, en dépit de tous les efforts des prêtres, on jouit durant un certain temps de la liberté de répandre la Parole de Dieu.

Wiclef comparait devant trois tribunaux

Pour réduire au silence la voix du réformateur, les chefs de la hiérarchie le firent comparaître successivement devant trois tribunaux. Ce fut d'abord devant un synode d'évêques qui déclara hérétiques ses écrits, et qui, après avoir gagné à sa cause le jeune roi Richard II, obtint une ordonnance royale décrétant l'emprisonnement de tous les adhérents des doctrines condamnées par la cour pontificale.

Wiclef en appela hardiment du synode au Parlement, contraignant la hiérarchie à comparaître devant le conseil de la nation, et demandant la réforme des énormes abus sanctionnés par l'Église. La puissance avec laquelle il dépeignit les usurpations et la corruption du siège papal couvrit ses ennemis de confusion. Mais ses amis et partisans avaient plié sous l'orage, et l'on s'attendait que ce vieillard, resté seul, se soumît à la double puissance de la couronne et de la mitre. On assista au contraire à la défaite de ses adversaires. Tiré de sa torpeur par les pressants appels de Wiclef, le Parlement rapporta les édits persécuteurs et mit le réformateur en liberté.

La troisième fois, Wiclef fut cité devant un tribunal composé des plus hauts dignitaires ecclésiastiques du royaume. Ce tribunal devait naturellement se montrer impitoyable pour l'hérésie. Le moment était venu où Rome allait enfin triompher, et où l'oeuvre du réformateur serait définitivement écrasée. Telle était du moins l'espérance de ses adversaires. S'ils parvenaient à leurs fins, Wiclef serait forcé ou d'abjurer ou de quitter le tribunal pour monter sur le bûcher.

Le réformateur ne fit ni rétractation ni compromis. Il soutint hardiment ses enseignements et repoussa les accusations de ses persécuteurs. S'oubliant lui-même, ainsi que sa situation, il somma ses auditeurs de comparaître avec lui devant le tribunal de Dieu, et pesa leurs sophismes et leurs erreurs à la balance de la vérité éternelle. Le Saint-Esprit manifesta sa présence au point que ses auditeurs étaient comme interdits et cloués sur leurs sièges. Semblables aux flèches du Tout-Puissant, les paroles du réformateur transperçaient tous les coeurs. Retournant avec force contre ses accusateurs la charge d'hérésie formulée contre lui, il leur demanda comment ils avaient osé répandre leurs erreurs, et, par amour de l'argent, faire trafic de la grâce de Dieu.

« Contre qui prétendez-vous vous être élevés? leur demanda-t-il dans sa péroraison. Contre un vieillard qui a déjà un pied dans la tombe. Non! C'est contre la vérité, qui est plus puissante que vous, et qui finira par vous vaincre. » (Wylie, liv. II, ch.XIII.) Puis il se retira de l'assemblée, sans qu'aucun de ses adversaires osât l'arrêter.


L'oeuvre de Wiclef était presque achevée; l'étendard de la vérité que ses vaillantes mains avaient si longtemps fait flotter allait leur échapper; mais il devait rendre une dernière fois témoignage à l'Évangile. C'est de la forteresse même du royaume de l'erreur que la vérité devait encore être proclamée. Wiclef fut sommé de comparaître à Rome devant le tribunal pontifical, tribunal qui avait si souvent répandu le sang des saints. Sans se dissimuler les dangers qu'il courait, il aurait répondu à la sommation, si une attaque de paralysie ne l'en avait empêché. Il lui était impossible de faire entendre sa voix à Rome, mais il pouvait écrire, et c'est ce qu'il résolut de faire. De son rectorat, le réformateur envoya au pape une lettre respectueuse et chrétienne, mais sévère à l'égard de la pompe et de l'orgueil de la curie romaine.

« C'est pour moi, disait-il, une joie de faire connaître à tous, et spécialement à l'évêque de Rome, la foi que je professe. Celle-ci me paraissant saine et juste, j'aime à croire qu'il sera heureux de la sanctionner, ou de l'amender si elle est erronée.

» Je crois que l'Évangile de Jésus-Christ renferme toute la loi de Dieu.... Je crois et affirme que l'évêque de Rome, étant sur terre le vicaire du Christ, est lié plus que tout autre à cette loi, puisque la grandeur, parmi les apôtres, ne consistait pas en honneurs et en dignités, mais en une fidèle imitation de la vie et du caractère du Sauveur. Au cours de son pèlerinage terrestre, le Seigneur Jésus vécut dans une extrême pauvreté, repoussant toute autorité et toute gloire mondaine.... Un chrétien ne doit suivre le pape ou n'importe quel saint homme que dans la mesure où il suit lui-même exactement le Seigneur Jésus-Christ. En désirant des honneurs terrestres, Pierre et les fils de Zébédée encoururent son déplaisir, et ne doivent par conséquent pas être imités dans ces erreurs....

» A l'exemple du Christ et de ses apôtres, le pape doit laisser au pouvoir séculier toute la puissance temporelle, et exhorter fidèlement tout le clergé à en faire autant. Du reste, si, en quoi que ce soit, j'ai erré, je consens très humblement à être ramené de mon égarement, fût-ce au prix de ma vie si cela est nécessaire.

» Quand à l'appel que l'on m'a adressé, je désirerais pouvoir y répondre, mais les enseignements du Seigneur m'ont appris que c'est à Dieu plutôt qu'aux hommes qu'il faut obéir. »

Wiclef concluait en disant : « Prions notre Dieu qu'il agisse, comme il a commencé de le faire, sur le coeur de notre pape Urbain VI, afin que lui et son clergé puissent suivre notre Seigneur Jésus-Christ dans Sa vie et dans Son caractère, et que tous ensemble ils puissent marcher fidèlement sur Ses traces. » (Foxe, Acts and Monuments (édit. by Rev. J Pratt ), vol. III, p. 49, 50.)

En manifestant ainsi la douceur et l'humilité de Jésus devant le pape et ses cardinaux, Wiclef démontrait au monde entier le contraste existant entre ces derniers et le Maître qu'ils prétendaient représenter.

Le réformateur avait la conviction que sa vie serait le prix de sa fidélité. Le roi, le pape et les évêques étaient unanimes pour le condamner : quelques mois à peine, selon toutes prévisions, le séparaient du bûcher. Mais son courage demeurait inébranlable. « Que parlez-vous, disait-il, d'aller chercher au loin la palme des martyrs? Annoncez la parole de Christ à de superbes prélats, et le martyre ne vous manquera pas. Vivre et me taire, jamais! Que le glaive suspendu sur ma tête tombe! J'attends le coup. » (Merle d'aubigné, ouv. cité, liv. XVII, chap. VIII.)

Cette fois encore, Wiclef échappa à ses ennemis. Celui qui, sa vie durant s'était hardiment déclaré pour la vérité au milieu des plus grands périls, ne devait pas tomber victime de la haine de ses ennemis. Jamais Wiclef n'avait pensé à se défendre, mais Dieu avait été son protecteur; et maintenant que ses ennemis croyaient le tenir, il le plaçait hors de leur atteinte. Alors que le réformateur se disposait à présider un service de communion dans son église de Luttenvorth, il eut une attaque de paralysie, dont il mourut peu après.

Le Dieu qui avait assigné à Wiclef Sa tâche, et placé Ses paroles dans son coeur, avait veillé sur sa personne, et prolongé sa vie jusqu'à ce que fussent jetées sûrement les bases du grand oeuvre de la Réforme.

WICLEF, Fondateur d'une ère nouvelle

Sortant des ténèbres du Moyen Age, Wiclef n'avait pu appuyer son oeuvre de réforme sur aucun prédécesseur. Appelé, comme Jean-Baptiste, en vue d'une mission spéciale, il fut le fondateur d'une ère nouvelle. Pourtant, sa conception de la vérité présente un degré d'unité et de perfection que les réformateurs subséquents n'ont jamais surpassé, et que certains, venus un siècle plus tard, n'ont pas même atteint. Les fondements jetés par ses mains étaient si larges, si profonds et si solides, que ses successeurs n'eurent pas la peine de les poser à nouveau.


Le mouvement inauguré par Wiclef en vue de la libération des esprits et des consciences, comme aussi de l'affranchissement des nations si longtemps enchaînées au char triomphal de Rome, puisait son énergie dans la Parole de Dieu, source du fleuve de bénédiction qui, depuis le quatorzième siècle, a coulé sur le monde. Intransigeant, Wiclef voyait dans les Écritures la révélation inspirée de la volonté de Dieu, la règle unique de la foi et de la vie. On lui avait appris à considérer l'Église de Rome comme divine et son autorité comme infaillible, ainsi qu'à recevoir avec une confiance aveugle les enseignements et les usages sanctionnés par une pratique millénaire. Mais il avait fermé l'oreille à toutes les voix pour n'entendre que la Parole de Dieu devant laquelle il invitait le monde à s'incliner. Au lieu d'écouter l'Église parlant par la bouche du pape, il déclarait que la seule autorité en matière de foi est la voix de Dieu s'exprimant dans sa Parole. Non seulement, affirmait-il, les Écritures sont une révélation parfaite de la volonté divine, mais le Saint-Esprit est leur seul interprète, et c'est par une étude personnelle que chacun est appelé à connaître son devoir. Il détournait ainsi les esprits loin du pape et de l'Église pour les diriger vers la Parole de Dieu.


Plus dans cette catégorie : Luther se sépare de Rome »