• Ils demeurent sur terrre, mais ils sont citoyens des cieux. Ils habitent leur propre pays, mais comme des étrangers. Ils prennent part à tous leurs devoirs de citoyens, mais sont considérés comme des étrangers. Une terre étrangère est pour eux une patrie, et une patrie leur est terre étrangère. (Lettre à Diogène)

HUS et JÉRÔME de Prague

Jérôme fut condamné à mort et brûlé à l'endroit même où Hus avait donné sa vie. C'est en chantant, et le visage rayonnant de paix et de joie, qu'il se rendit au lieu du supplice. Il avait les yeux fixés sur son Sauveur. Pour lui, la mort avait perdu ses terreurs. Le bourreau s'étant glissé derrière lui pour allumer le bucher, le martyr lui cria : « Avance hardiment, et mets le feu devant moi; si je l'avais craint, je ne serais pas ici. » Les dernières paroles qu'il proféra pendant que les flammes l'enveloppaient furent celles-ci : « Seigneur...

Hus et Jérôme

Dès le neuvième siècle, l'Évangile s'était implanté en Bohême. Les saintes Écritures y avaient été traduites, et le culte y était célébré en langue vulgaire. Mais à mesure que la puissance du pape grandissait, elle éclipsait la Parole de Dieu. Grégoire VII, qui avait entrepris d'abaisser l'orgueil des rois, ne montrait pas moins d'ardeur à asservir les peuples. Par une bulle, il interdit la célébration du culte en langue bohémienne.

Le pape y déclarait « qu'il était agréable au Dieu tout-puissant que son culte fût célébré en une langue inconnue, et que l'inobservance de cette règle avait occasionné bien des maux et des hérésies ». Rome jetait ainsi un épais suaire sur la Parole de Dieu et laissait les peuples dans les ténèbres.

Mais le ciel avait préparé des instruments pour perpétuer son Église. Nombre de Vaudois et d'Albigeois, chassés de France et d'Italie par la persécution, s'étaient établis en Bohême. N'osant pas prêcher ouvertement dans ce pays, ils y avaient travaillé activement dans l'ombre, transmettant l'héritage de la vérité d'une génération à l'autre.

D'autre part, il s'était élevé en Bohême des hommes qui stigmatisaient la corruption de l'Église et le dévergondage du peuple, et leurs protestations avaient éveillé l'attention générale. Alarmée, la hiérarchie romaine déclencha la persécution contre les amis de l'Évangile, qui allèrent adorer Dieu dans les forêts et sur les montagnes, où ils furent poursuivis. Plusieurs furent mis à mort. Bientôt il fut décrété que ceux qui abandonneraient la foi romaine seraient livrés aux flammes. Tout en donnant leur vie, ces chrétiens comptaient sur le triomphe de leur cause. L'un d'eux, qui avait enseigné que le salut ne s'obtient que par la foi au Sauveur crucifié, fit en mourant cette déclaration :

« La fureur des ennemis de la vérité a maintenant l'avantage sur nous, mais ce ne sera pas toujours le cas; il s'élèvera d'entre le peuple un homme sans épée et sans autorité contre lequel ils ne pourront rien. » L'époque où Luther devait paraître était encore bien éloignée; mais une voix allait se faire entendre dont le témoignage contre Rome devait émouvoir les peuples.

Jean HUS

D'humble origine et de condition modeste, Jean Hus avait, très tôt, perdu son père. Sa pieuse mère, qui considérait l'instruction et la piété comme les biens les plus précieux, s'était efforcée de les assurer à son fils. Hus put ainsi étudier à l'école provinciale, puis il entra à l'université de Prague où, en raison de son indigence, il fut admis à titre gratuit. Sa mère l'y accompagna; veuve et pauvre, elle n'avait ni présents, ni argent à lui offrir; mais lorsqu'ils furent arrivés près de la grande ville, elle s'agenouilla auprès de l'orphelin et invoqua sur lui la bénédiction du Père céleste. Elle se doutait peu de quelle façon ses prières seraient exaucées.

À l'université, Hus se distingua par son inlassable application et par ses rapides progrès, tandis que sa vie irréprochable et sa douceur lui gagnèrent l'estime de tous. Fils dévoué de l'Église de Rome, il recherchait avec ferveur les bénédictions spirituelles dont elle se disait dépositaire. À l'occasion d'un jubilé, pour gagner l'indulgence promise, il alla se confesser, donna ses derniers deniers et se joignit aux processions. Ses études achevées, il entra dans le sacerdoce. Gravissant rapidement les échelons, il fut bientôt attaché à la cour, puis nommé professeur et ensuite recteur de l'université où il avait fait ses études. En quelques années, celui qui avait étudié aux frais de l'université devenait la gloire de son pays, et son nom était célèbre dans toute l'Europe.

L'oeuvre de Jean HUS

Mais c'est dans une autre sphère que Hus devait inaugurer son oeuvre de réforme. Plusieurs années après son ordination à la prêtrise, il fut nommé prédicateur à la chapelle de Bethléhem, dont le fondateur attachait une grande importance à la prédication des Écritures dans la langue du peuple, coutume que l'opposition de Rome n'avait pas complètement abolie en Bohême.

Comme l'ignorance de la Parole de Dieu était grande, et que les vices les plus hideux prévalaient dans toutes les classes de la société, Hus, élevant la voix, dénonçait l'iniquité sans ménagements et proclamait les principes de la vérité et de la pureté au nom de la Parole de Dieu.

Un citoyen de Prague, du nom de Jérôme, qui, par la suite, fut intimement lié avec Hus, avait rapporté à son retour d'un voyage en Angleterre les écrits de Wiclef. D'autre part, sous l'influence de la reine d'Angleterre -- une princesse bohémienne convertie par Wiclef -- les écrits de ce réformateur avaient été largement répandus en Bohême. Hus les lut avec intérêt; convaincu que leur auteur était un chrétien sincère, il fut amené à considérer avec faveur les réformes qu'il réclamait. Sans le savoir, il était entré dans une voie qui devait le conduire bien loin de Rome.

Les deux tableaux

En ce temps-là, arrivèrent d'Angleterre à Prague deux savants étrangers qui, ayant reçu la lumière, venaient la répandre dans ce lointain pays. Ayant attaqué ouvertement la suprématie du pape, ils furent réduits au silence par les autorités; mais ne voulant pas abandonner leur entreprise, ils eurent recours à un autre moyen de propagande.

Artistes aussi bien que prédicateurs, ils mirent à profit leur talent et peignirent deux tableaux sur une muraille exposée au public.

Un de ces tableaux représentait l'entrée de Jésus à Jérusalem, « plein de douceur, et monté sur un âne » ( Matthieu 21.5 ), et suivi de ses disciples nu-pieds et grossièrement vêtus.

Sur l'autre, on voyait une procession pontificale; en tête, le pape couvert de son plus fastueux costume, la triple couronne sur la tête; il était monté sur un coursier richement caparaçonné, précédé de trompettes et suivi de cardinaux somptueusement vêtus.

Il y avait dans cette décoration murale un sermon à la portée de toutes les classes de la société, et dont la morale n'échappait à personne. La foule se rassemblait devant ces tableaux. Plusieurs étaient profondément impressionnés par le contraste entre l'humilité du Maître et l'orgueil du pape, son soi-disant serviteur. Devant l'agitation qui se produisait dans Prague, les deux étrangers jugèrent prudent, pour leur sécurité, de s'éloigner. Mais l'enseignement qu'ils avaient donné ne fut pas oublié. Leurs tableaux frappèrent Hus qui se mit à étudier plus soigneusement les Écritures et les écrits de Wiclef. Bien qu'il ne fût pas encore en faveur de toutes les réformes préconisées par ce dernier, il voyait plus clairement la véritable nature de la papauté, et il se mit à dénoncer avec énergie l'orgueil, l'ambition et la corruption de la hiérarchie.

De Bohême, la lumière passa en Allemagne. Des troubles qui se produisirent à l'université de Prague amenèrent le départ de plusieurs centaines d'étudiants allemands, dont bon nombre devaient à Hus leur première connaissance des enseignements de la Bible; rentrés chez eux, ils les répandirent dans leur pays.

Hus sommé de comparaître devant le pape

On ne tarda pas à savoir, à Rome, ce qui se passait à Prague, et Hus fut sommé de comparaître devant le pape. Obéir, c'était courir au-devant d'une mort certaine. Le roi et la reine de Bohême, l'université et la noblesse s'unirent pour demander que Hus fût autorisé par le pape à rester à Prague et à se faire représenter à Rome par un délégué. Au lieu d'accueillir favorablement cette requête, le pape procéda au jugement de Hus, le condamna et mit la ville de Prague en interdit.

À cette époque, une telle sentence jetait l'effroi dans tous les coeurs. Les cérémonies qui l'accompagnaient étaient propres à terrifier les personnes habituées à considérer le pape comme le représentant de Dieu sur la terre, possédant les clés du ciel et de l'enfer et ayant le pouvoir d'invoquer des châtiments temporels et spirituels. On croyait que jusqu'à ce que le pape jugeât bon de lever l'anathème, les portes du ciel étaient fermées pour la région frappée d'excommunication et que les morts étaient exclus du séjour de la félicité. En signe de calamité, tous les offices religieux étaient suspendus. Les églises étaient fermées. Les mariages se célébraient dans les cimetières. Les morts, privés de leur sépulture en terre sainte, étaient enterrés sans cérémonie religieuse soit dans des tranchées, soit dans les champs. C'est ainsi que Rome frappait les imaginations et dominait les consciences.

Prague était bouleversée. Les gens accusaient Hus d'être la cause de toutes les calamités et demandaient qu'il fût livré au pape. Pour calmer la tempête, le réformateur se retira quelque temps dans son village natal et écrivit de là à ses amis de Prague : « Sachez, mes bien-aimés, que c'est pour suivre l'exemple et l'avertissement du Christ que je me suis retiré du milieu de vous, de peur d'être pour les méchants une occasion de condamnation éternelle et pour les bons un sujet de tristesse et de deuil. J'ai fui pour que des prêtres impies ne continuent pas à interdire plus longtemps la prédication de la Parole de Dieu parmi vous, mais non parce que je renie la vérité divine pour laquelle, avec la grâce de Dieu, je suis prêt à mourir. » (E. de Bonnechose, Les Réformateurs avant la Réforme, vol. 1.) Loin de suspendre ses travaux, Hus parcourait la contrée environnante, prêchant la Parole de Dieu à des foules avides de l'entendre. Ainsi, les mesures que le pape prenait pour supprimer la diffusion de l'Évangile contribuaient à lui donner plus de publicité encore. « Car nous n'avons pas de puissance contre la vérité; nous n'en avons que pour la vérité. » ( 2 Corinthiens 13.8 )

Le conflit intérieur d'Hus

« Il semble qu'à cette époque, Hus était en proie à un douloureux conflit. Quoique l'Église cherchât à le terrasser par ses foudres, il n'avait pas rejeté son autorité. L'Église romaine était encore pour lui l'épouse du Christ, et le pape le representant et le vicaire de Dieu. C'est contre l'abus de cette autorité, et non contre son principe, que Hus était parti en guerre. De là un violent conflit entre les convictions de son esprit et les protestations de sa conscience.

Si l'autorité papale était légitime et infaillible, comme il le croyait, comment se faisait-il qu'il se sentît poussé à lui résister? Obéir, il s'en rendait compte, serait commettre un péché; mais pourquoi l'obéissance à une Église infaillible le plaçait-elle dans cette impasse?

Telle était l'énigme qu'il ne pouvait résoudre; tel était le doute qui le harcelait sans répit. Finalement, il comprit qu'il se trouvait devant une répétition de ce qui était arrivé au temps du Sauveur, à savoir que les prêtres de l'Église s'étaient pervertis et se servaient d'un pouvoir légitime en faveur de desseins illégitimes. Cette pensée l'amena à adopter et à proposer à d'autres cette règle de conduite :

les maximes et les préceptes des saintes Écritures doivent diriger notre conscience; en d'autres termes, Dieu, parlant par sa Parole, et non l'Église parlant par les prêtres, est le seul guide infaillible. » (Wylie, liv. III, chap. II.)

Dès que l'agitation se fut apaisée à Prague, Hus retourna à sa chapelle de Bethléhem, où il reprit ses prédications avec plus de zèle et de courage que jamais. Ses ennemis étaient actifs et puissants, mais la reine, plusieurs membres de la noblesse et une bonne partie de la population lui accordaient leur soutien et leur amitié. En comparant ses purs enseignements et sa vie sainte avec les dogmes dégradants que prêchaient les disciples de Rome, et l'avarice et le dérèglement de leur vie, plusieurs s'honoraient d'être de son parti.

Jean HUS et Jérôme de PRAGUE

Jusqu'alors, Hus avait été seul à la tâche; mais à partir de ce moment, Jérôme de Prague qui, pendant un séjour en Angleterre, avait accepté les enseignements de Wyclef, devint son collaborateur. Unis désormais pour la vie, ils devaient l'être aussi dans la mort. Joignant à un génie brillant une éloquence rare et une vaste érudition, Jérôme avait tout ce qu'il fallait pour gagner la faveur populaire. Mais Hus le dépassait au point de vue de la force de caractère. Sa pondération était un frein salutaire pour l'impulsif Jérôme, qui acceptait avec une véritable humilité les conseils de son ami. Leurs travaux réunis imprimaient à la Réforme une impulsion nouvelle.

Sans révéler à ces hommes de son choix toute la lumière qui devait être donnée au monde, Dieu leur fit voir plusieurs des erreurs de l'Église. Par leur moyen, il faisait sortir le peuple des ténèbres, mais graduellement et pas à pas, en tenant compte des nombreux et sérieux obstacles à surmonter. Non préparés à contempler la vérité dans tout son éclat, ils s'en fussent détournés, éblouis, telle une personne qui passe de l'obscurité à la clarté du soleil de midi. Siècle après siècle, d'autres ouvriers fidèles allaient être chargés de conduire les âmes plus loin encore sur le chemin de la Réforme.


Plus dans cette catégorie : « Les vaudois du piémont