• Ils demeurent sur terrre, mais ils sont citoyens des cieux. Ils habitent leur propre pays, mais comme des étrangers. Ils prennent part à tous leurs devoirs de citoyens, mais sont considérés comme des étrangers. Une terre étrangère est pour eux une patrie, et une patrie leur est terre étrangère. (Lettre à Diogène)

Les vaudois du piémont

 

0607115_thumb.jpg

Les mérites d'un Sauveur crucifié et ressuscité forment la base de la foi chrétienne. Les enseignements de l'Église avaient dépeint Dieu et son Fils comme des êtres durs, sombres, inaccessibles. Selon cette doctrine, le Sauveur a si peu de sympathie pour l'être humain que nous sommes réduits à avoir recours à la médiation des prêtres et des saints. Aussi ces messagers éclairés par la Parole de Dieu brûlaient-ils du désir de faire connaître un Sauveur compatissant dont les bras ouverts invitent le pécheur à lui apporter son fardeau, ses soucis, sa lassitude.

Les ténèbres qui régnèrent sur la terre au cours de la longue période de la suprématie papale ne réussirent pas à éteindre complètement le flambeau de la vérité. Il y eut toujours de vrais croyants attachés à la foi en Jésus-Christ, seul Médiateur entre Dieu et les hommes, prenant les saintes Écritures pour leur unique règle de vie et sanctifiant le vrai jour de repos. Jamais on ne saura ce que le monde doit à ces hommes. Dénoncés comme hérétiques, diffamés, leurs mobiles incriminés, leurs écrits dénigrés, mutilés et prohibés, ils demeurèrent inébranlables et conservèrent la pureté de la foi pour en transmettre, de siècle en siècle, l'héritage sacré à la postérité.

Écrite dans les cieux, l'histoire du peuple de Dieu, au cours de cette sombre période, n'occupe que peu de place dans les annales humaines. On ne découvre guère l'existence de ces chrétiens que dans les calomnies de leurs persécuteurs.

La tactique de Rome a été de supprimer toute trace de divergence d'avec ses doctrines et ses décrets. Tout ce qui était hérétique -- qu'il s'agît des hommes ou des écrits -- devait disparaître. L'expression d'un doute touchant l'autorité des dogmes romains, coûtait la vie aux riches comme aux pauvres, aux grands comme aux petits. Rome s'est également efforcée d'effacer le souvenir de ses cruautés envers les dissidents. Les conciles ont condamné aux flammes les livres et les documents qui en contenaient le récit. Avant l'invention de l'imprimerie, les livres étant peu nombreux et d'un format volumineux, la Curie n'a pas eu beaucoup de peine à exécuter son dessein.

Aucune Église se trouvant dans les limites de la juridiction de Rome n'a pu jouir longtemps de la liberté de conscience. Aussitôt qu'elle a été en possession du pouvoir, la papauté s'est empressée de supprimer tout ce qui résistait à son autorité, aussi les Églises, l'une après l'autre, se soumirent-elles à son sceptre.


En Grande-Bretagne, où le christianisme s'était implanté très tôt, la foi des Bretons n'était pas entachée d'apostasie. Sous les empereurs païens, la persécution qui atteignit ces rives lointaines fut le seul don que les premières églises britanniques reçurent de Rome. Un grand nombre de chrétiens fuyant la persécution qui faisait rage en Angleterre trouvèrent un refuge en Écosse; portée de là en Irlande, la vérité fut reçue partout avec joie.

Quand les Saxons envahirent l'Angleterre, le paganisme y redevint la religion dominante. Les conquérants, refusant de se laisser instruire par leurs esclaves, les chrétiens durent s'enfuir dans les montagnes et dans les régions sauvages. Néanmoins, bien que voilée pour un temps, la lumière continua de briller. Un siècle plus tard, ses rayons se répandaient de l'Écosse jusqu'aux contrées les plus éloignées. C'est d'Irlande que partirent le pieux Colomban et ses collaborateurs qui, réunissant autour d'eux les croyants dispersés sur l'île solitaire d'Iona, en Écosse, firent de cet endroit le centre de leur activité missionnaire. Parmi ces évangélistes se trouvait un observateur du sabbat de l'Éternel qui fit connaître cette vérité autour de lui. De l'école d'Iona sortirent des missionnaires qui se rendirent non seulement en Écosse et en Angleterre, mais en Allemagne, en Suisse et même en Italie.

Mais Rome, qui avait les yeux sur l'Angleterre, résolut de la soumettre à son autorité. Au sixième siècle, ses envoyés, ayant entrepris la conversion des Saxons païens, furent accueillis favorablement par ces orgueilleux barbares qui embrassèrent la foi romaine par milliers. Leur oeuvre progressant, les messagers du pape et leurs convertis entrèrent en contact avec les chrétiens primitifs, qui présentaient avec eux un contraste frappant. Ils étaient simples, humbles, scripturaires dans leur foi et dans leur vie, tandis que les premiers faisaient étalage de la superstition, la pompe et l'arrogance de la papauté. L'émissaire de Rome somma ces églises de reconnaître l'autorité du souverain pontife; les Bretons répondirent avec douceur que leur désir était d'aimer tous les hommes, mais que le pape n'ayant pas été institué le chef de l'Église, ils ne pouvaient lui reconnaître que des droits égaux à ceux de tout disciple du Christ. L'ordre ayant été répété, ces humbles chrétiens, stupéfaits de l'orgueil dont faisaient preuve les représentants de Rome, persistèrent à répondre que Jésus-Christ était leur maître. Alors se manifesta le véritable esprit de la papauté. Le chef de la délégation romaine s'écria : « Si vous ne voulez pas recevoir des frères qui vous apportent la paix, vous subirez des ennemis qui vous apporteront la guerre. Si vous ne voulez pas annoncer avec nous aux Saxons le chemin de la vie, vous recevrez de leurs mains le coup de la mort. » (Merle d'Aubigné, Histoire de la réformation au XVIe siècle, liv. XVII, ch II.) Ces menaces n'étaient pas vaines. La violence, l'intrigue et la fraude furent mises en oeuvre contre les témoins de la vérité évangélique jusqu'à ce que les églises d'Angleterre fussent détruites ou soumises à l'autorité du pape.