• Ils demeurent sur terrre, mais ils sont citoyens des cieux. Ils habitent leur propre pays, mais comme des étrangers. Ils prennent part à tous leurs devoirs de citoyens, mais sont considérés comme des étrangers. Une terre étrangère est pour eux une patrie, et une patrie leur est terre étrangère. (Lettre à Diogène)

La persécution aux premiers siècles

Image30_thumb.jpg

« tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutes ».(2 Timothée 3.12) Or, la persécution semble sommeiller. Pourquoi? La seule raison qui puisse être donnée, c'est que l'Église, ayant accepté les maximes du monde, ne provoque plus d'opposition. La religion qui prévaut de nos jours n'est pas caractérisée par la pureté et la sainteté qui distinguaient les chrétiens au temps du Christ et des apôtres. C'est grâce à ses compromis avec le péché, à l'indifférence à l'égard des grandes vérités de la Parole de Dieu et à l'absence de piété...

L'Apostasie

En révélant à ses disciples le sort de Jérusalem et les scènes de sa seconde venue, Jésus avait aussi prédit les difficultés qu'ils allaient devoir affronter depuis le jour où il leur serait enlevé jusqu'à celui de son retour en puissance et en gloire. Du haut de la colline des Oliviers, le Sauveur voyait venir l'orage qui allait fondre sur l'Église apostolique. Pénétrant plus profondément dans l'avenir, il contemplait les tempêtes cruelles et dévastatrices qui s'abattraient sur ses disciples pendant des siècles de ténèbres et de persécution.

En quelques phrases succinctes mais d'une signification terrible, il prédit l'attitude hostile des grands de la terre à l' égard de son Église. ( Matthieu 24.9, 21, 22) Ses disciples étaient appelés à suivre le sentier semé d'humiliations, d'opprobres et de souffrances que leur Maître avait foulé. L'inimitié qui avait éclaté contre le Rédempteur du monde allait se déchaîner aussi contre tous ceux qui croiraient en son nom.

L'histoire de la primitive Église témoigne de l'accomplissement des paroles du Sauveur et montre les puissances de la terre et de l'enfer liguées contre Jésus-Christ dans la personne de ses saints. Le paganisme, prévoyant que, si l'Évangile triomphait, ses temples et ses autels seraient renversés, se disposa à détruire le christianisme. Les feux de la persécution s'allumèrent. Les chrétiens, dépouillés de leurs biens et chassés de leurs demeures, soutinrent « un grand combat au milieu des souffrances ». ( Hébreux 10.32) Ils furent appelés à endurer « les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison ». ( Hébreux 11.36) Une multitude d'entre eux scellèrent leur témoignage de leur sang. Nobles et esclaves, riches et pauvres, savants et ignorants furent égorgés sans miséricorde.

Ces persécutions, dont l'ère s'ouvre sous Néron, vers le temps du martyre de saint Paul, se poursuivirent avec plus ou moins d'intensité pendant des siècles. Les chrétiens étaient rendus responsables des crimes les plus odieux et considérés comme étant la cause des grandes calamités, telles que les famines, les pestes et les tremblements de terre. Alors qu'ils étaient devenus les objets de la suspicion et de la haine publiques, de faux témoins, toujours prêts, pour un prix honteux, à dénoncer des innocents, s'élevèrent contre eux. Les disciples du Christ étaient condamnés comme rebelles à l'empire, comme ennemis de la religion, comme nuisibles à la société. Un grand nombre d'entre eux furent livrés aux bêtes féroces ou brûlés vifs dans les amphithéâtres. Quelques-uns étaient crucifiés; d'autres, couverts de peaux de bêtes féroces, étaient jetés dans l'arène et déchirés par des chiens. Ces supplices constituaient souvent l'attraction principale des fêtes publiques. Des foules immenses, rassemblées pour jouir de ces spectacles, saluaient l'agonie des chrétiens par des éclats de rire et des applaudissements.

Dans tous les lieux où ils cherchaient refuge, les disciples du Christ étaient traqués comme des fauves. Obligés de se cacher dans des endroits désolés et solitaires, ils étaient « dénués de tout, persécutés, maltraités -- eux dont le monde n'était pas digne, -- errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre ». ( Hébreux 11.37, 38) Les catacombes donnèrent asile à des milliers d'entre eux. Sous les collines des environs de Rome, de longues galeries avaient été creusées dans le roc. Ces tunnels, qui se croisaient en tous sens, s'étendaient sur des kilomètres en dehors de la ville. Dans ces retraites souterraines, les disciples du Seigneur enterraient leurs morts et allaient se réfugier quand ils étaient suspects et proscrits. Lorsque l'Auteur de la vie viendra réveiller ceux qui ont combattu le bon combat, maints martyrs sortiront de ces lugubres cavernes.