•     Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu. Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes. Hébreux 4:9–10

Le sabbat

E020_thumb.jpg

Le sabbat a été sanctifié à la création. Il a été mis à part pour l'homme « pendant que les étoiles du matin entonnaient des chants d'allégresse et que les fils de Dieu poussaient des acclamations ».

La paix étendait son aile sur le monde; car la terre était en harmonie avec le ciel. « Dieu contempla ce qu'il avait fait et il vit que cela était très bien » (Job 38:7; Genèse 1:31); et Il se reposa avec la joie de l'oeuvre accomplie.S'étant reposé lui-même le jour du sabbat, « Dieu bénit le septième jour et le sanctifia », -- c'est-à-dire le mit à part pour un saint usage.

La création du Sabbat

Il le donna à Adam comme jour de repos. C'était un mémorial de l'oeuvre créatrice, un signe de la puissance et de l'amour divins. L'Écriture dit : « Il a perpétué le souvenir de ses oeuvres merveilleuses. » « Les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient fort bien depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. » (Genèse 2:3; Psaume 111:4; Romains 1:20)

Tout a été créé par le Fils de Dieu. « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu... Tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. » (Jean 1:1-3)

Le sabbat, en tant que mémorial de la création, est un gage de l'amour et de la puissance du Christ. Le sabbat dirige les pensées vers la nature et nous introduit dans la communion du Créateur.

Dans le chant des oiseaux, dans le murmure des arbres, et dans le bruit de la mer, nous continuons d'entendre la voix de Celui qui s'entretenait avec Adam en Éden, vers le soir. La contemplation de Sa puissance dans la nature a un effet consolant, car la Parole qui a créé toutes choses promet la vie à nos âmes. « Dieu qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres! a brillé dans nos coeurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. » (2 Corinthiens 4:6)

C'est cette pensée qui a inspiré le chant :

« Ô Éternel, tu m'as rempli de joie

Par la grandeur de tes oeuvres;

Je célèbre avec allégresse les ouvrages de tes mains.

Que tes oruvres sont grandes, Ô Éternel!

Tes pensées sont merveilleusement profondes! »

(Psaume 92:5,6)

Le Saint-Esprit déclare par le prophète Ésaïe : « À qui donc pourriez-vous comparer Dieu et par quelle image pourriez-vous le représenter?... Ne comprendrez-vous pas? N'écouterez-vous donc pas? Ne vous l'a-t-on pas appris des le commencement? Ne savez-vous pas qui a fondé la terre? C'est celui qui siège au-dessus du globe de cette terre, dont les habitants sont à ses yeux comme des sauterelles. C'est lui qui a étendu les cieux comme un voile et qui les a déployés comme une tente pour y habiter... À qui donc pourriez-vous me comparer? Qui peut m'égaler, dit le Saint? Levez les yeux en haut et regardez : Qui a créé ces choses? C'est celui qui fait marcher leurs armées en bon ordre et qui les appelle toutes par leur nom. Telle est la grandeur de son pouvoir et de sa force souveraine, que pas une ne refuse de lui obéir.

Pourquoi donc dirais-tu, ô Jacob, et pourquoi, ô Israël, parlerais-tu ainsi : Mon infortune est cachée à l'Éternel et mon Dieu ne soutient plus mon droit. Ne le sais-tu pas? Ne l'as-tu pas entendu? L'Éternel est le Dieu d'Éternité, qui a créé les extrémités de la terre. Il ne se lasse pas, il ne se fatigue point et sa sagesse est insondable. Il donne de la force à celui qui est fatigué; il accroît la vigueur de celui qui est défaillant. » « Ne crains point, car je suis avec toi; ne t'effraie pas, car je suis ton Dieu je t'affermis et je viens à ton aide; je te soutiens de ma droite vengeresse. » « Tournez-vous vers moi et soyez sauvés, vous tous, qui habitez les extrémités de la terre! Car je suis Dieu et il n'y en a pas d'autre. » Tel est le message qui se trouve inscrit dans la nature, et que le sabbat a pour but de rappeler. Quand le Seigneur commanda à Israël de sanctifier Ses sabbats, Il dit : « Afin qu'ils servent de signe entre moi et vous et que vous reconnaissiez que je suis l'Éternel, votre Dieu. » (Ésaïe 40:18-29; 41:10; 45:22; Ézéchiel 20:20)

Le Sabbat et les 10 commandements

Le sabbat fut incorporé dans la loi promulguée du haut du Sinaï; mais ce n'est pas à ce moment-là qu'il fut révélé pour la première fois en tant que jour de repos.

Le peuple d'Israël le connaissait et l'observait déjà avant d'arriver au Sinaï. Et quand quelqu'un le profanait, le Seigneur lui adressait ce reproche : « Jusques à quand refuserez-vous d'observer mes commandements et mes lois? » (Exode 16:28)

Le sabbat n'était pas destiné à Israël uniquement, mais au monde entier. Il a été révélé à l'homme en Éden, et de même que les autres préceptes du décalogue, il constitue une obligation impérissable.

C'est au sujet de la loi dont le quatrième commandement fait partie, que le Christ déclare : « Jusqu'à ce que le ciel et la terre passent, pas un seul iota, pas un seul trait de lettre de la loi ne passera. » Aussi longtemps que dureront les cieux et la terre, le sabbat restera comme un signe du pouvoir du Créateur. Et quand l'Éden refleurira sur la terre, le saint jour du repos de Dieu sera honoré de tous. « De sabbat en sabbat », tous les habitants de la nouvelle terre glorifiée viendront « se prosterner devant moi, dit l'Éternel » (Matthieu 5:18; Ésaïe 66:23).

Le sabbat, signe de justification et de Sanctification par la foi

Aucune autre institution confiée aux Juifs ne servait autant que le sabbat à les distinguer des nations environnantes. L'observation de ce jour, dans la pensée de Dieu, devait les faire connaître comme étant Ses adorateurs. Ce devait être un signe indiquant leur éloignement de l'idolâtrie, et leur communion avec le vrai Dieu.

Mais le saint sabbat ne peut étre observé que par des saints. Il faut donc devenir participant de la justice de Christ.

En même temps qu'Il donna à Israël ce commandement : « Souviens-toi du jour du repos pour le sanctifier », le Seigneur lui dit aussi : « Vous serez pour moi des hommes saints. » (Exode 20:8; 22:31) Ce n'est qu'ainsi que le sabbat pouvait distinguer les Israélites en tant qu'adorateurs de Dieu.

À mesure que les Juifs s'éloignèrent de Dieu, et négligèrent de s'approprier par la foi la justice du Christ, le sabbat perdit sa signification à leurs yeux.

Satan s'efforçait de s'élever lui-même et de détourner les hommes du Christ; il travaillait à pervertir le sabbat, parce que c'est le signe de la puissance du Christ. Les chefs de la nation juive obéissaient à Satan lorsqu'ils entouraient d'exigences pénibles le jour de repos divin. Aux jours du Christ, le sabbat avait été perverti à tel point que, bien loin de refléter le caractère d'amour du Père céleste, l'observation de ce jour manifestait plutôt le caractère d'hommes égoïstes et arbitraires. L'enseignement des rabbins tendait à représenter Dieu comme donnant des lois impossibles à observeré. On en venait à considérer Dieu comme un tyran, et à penser que l'observation du sabbat, telle qu'il l'exigeait, rendait les hommes durs et cruels. Le Christ entreprit de redresser ces erreurs. Bien que poursuivi sans répit par les rabbins, Il ne se donna même pas l'apparence de se conformer à leurs exigences, mais alla droit Son chemin, observant le sabbat selon la loi de Dieu.