• C'est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. (Apocalypse 14:12)

  • Ecoutons la fin du discours: Crains Dieu et observe ses commandements. C'est là ce que doit faire tout homme. (Ecclésiaste 12:13)

Les 10 commandements

Tu aimeras l'Eternel ton Dieu

Ce n’est pas uniquement sous l’auguste majesté du Juge et du Législateur que Jéhovah se révéla, mais aussi sous la figure du compatissant Gardien de son peuple. Ainsi que le démontre le préambule de la loi :

« Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. » (Exode 20:2)

Celui qui articulait maintenant cette loi aux oreilles de son peuple était celui qu’Israël connaissait déjà comme Guide et Libérateur; celui qui l’avait fait sortir d’Égypte en lui frayant une voie à travers la mer, qui avait englouti le Pharaon et ses armées, et qui s’était ainsi montré supérieur à tous les dieux de l’Égypte.

La loi divine proclamée à ce moment-là n’était pas destinée exclusivement aux Hébreux. Si Dieu leur faisait l’honneur de les en constituer gardiens et dépositaires, c’était pour qu’ils en fissent part à tous les peuples.

Les préceptes du Décalogue sont donc destinés à toute l’humanité. Ils ont été donnés pour éclairer et gouverner le monde entier.

Ces dix préceptes courts, compréhensifs, impératifs, qui renferment les devoirs de l’homme envers Dieu et envers le prochain, sont tous fondés sur le grand principe de l’amour, ainsi formulé : « Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force. ... Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Luc 10:27; Deutéronome 6:4,5; Lévitique 19:18)

Dans les dix commandements, ces deux grands principes sont précisés de façon à s’appliquer aux conditions et aux circonstances de l’homme. Les voici :

« Tu n’auras point d’autres dieux devant ma face. » (Exode 20:3-17)

Seul Dieu, l’Être éternel, incréé, existant par lui-même, à la fois auteur et soutien de tout ce qui existe, a droit à l’adoration et à la vénération suprêmes. Ce commandement interdit à l’homme de donner à n’importe qui et n’importe quoi la première place dans ses affections et son obéissance. Tout ce qui tend à diminuer notre amour pour Dieu, ou qui entrave le service que nous lui devons, devient pour nous un dieu.

« Tu ne te feras point d’image taillée, ni aucune représentation des choses qui sont en haut dans le ciel, ici-bas sur la terre, ou dans les eaux au-dessous de la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point. »

Le second commandement défend d’honorer le vrai Dieu par l’intermédiaire d’images ou d’effigies. Un grand nombre de peuples païens ont prétendu que leurs images n’étaient que des figures ou des symboles au moyen desquels ils adoraient la divinité. Or Dieu déclare que ce genre de culte est un péché. Toute tentative de représenter l’Être éternel par des objets matériels ne peut qu’amoindrir et ravaler notre conception de

Dieu. Par les images, l’esprit, détourné des perfections infinies de l’Éternel, est attiré vers la créature plutôt que vers le Créateur. L’homme se dégrade dans la mesure où est diminuée en lui la conception de Dieu.

« Je suis l’Éternel, ton Dieu, un Dieu jaloux ... » Les liens intimes qui unissent Dieu et son peuple sont comparés à ceux du mariage. L’idolâtrie est considérée comme un adultère spirituel, le déplaisir qu’elle inspire au Créateur est ici, avec beaucoup d’à-propos, appelé jalousie.

« ... qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent. » Les enfants portent inévitablement les conséquences de l’inconduite paternelle ou maternelle; mais ils ne sont punis pour les péchés de leurs parents que s’ils y participent. Il arrive néanmoins que les enfants suivent leurs traces et participent ainsi à leurs péchés, tant par hérédité que par l’exemple reçu. Les mauvaises tendances, les appétits pervertis, les moeurs relâchée, aussi bien que les maladies et la dégénérescence physique se transmettent, comme un legs fatal, de père en fils, jusqu’à la troisième et à la quatrième génération. Ce fait redoutable devrait inspirer aux hommes une crainte salutaire et les éloigner de la voie du péché.

« ... et qui fais miséricorde jusqu’à mille générations à ceux qui qui gardent mes commandements. » En interdisant l’adoration des faux dieux, le second commandement ordonne implicitement l’adoration du Dieu véritable. Or, à ceux qui le servent fidèlement, le Seigneur promet de faire miséricorde, non seulement jusqu’à la troisième et à la quatrième génération, comme c’est le cas du châtiment pour ceux qui le haïssent, mais jusqu’à mille générations.

« Tu ne prendras point le nom de l’Éternel ton Dieu en vain; car l’Éternel ne tiendra point pour innocent celui qui aura pris son nom en vain. »

Ce commandement ne condamne pas seulement les faux serments et les jurons vulgaires, mais aussi l’emploi du nom de Dieu fait avec légèreté et sans tenir compte de l’effrayante signification qui s’y rattache. C’est déshonorer le Très-Haut que de répéter à tout propos son nom d’une manière irréfléchie dans la conversation ordinaire, ou de le prendre à témoin pour des questions triviales. « Son nom est saint et redoutable. » (Psaume 111:9) « Chacun devrait faire de la majesté, de la pureté et de la sainteté de Dieu un objet de méditation, au point que, pénétré du sentiment de son auguste caractère, on ne prononce jamais son saint nom qu’avec une profonde vénération.

« Souviens-toi du jour du repos pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras toute ton oeuvre; mais le septième jour est le repos de l’Éternel, ton Dieu : tu ne feras aucune oeuvre en ce jour-là, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes murs; car l’Éternel a fait en six jours les cieux, la terre, la mer et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié. »

Le jour du repos n’est pas introduit ici comme une institution nouvelle, mais comme ayant été fondé lors de la création. L’ordre est donné de s’en souvenir et de l’observer comme mémorial de l'oeuvre du Créateur. En appelant Dieu le Créateur des cieux et de la terre, ce commandement le distingue de tous les faux dieux. Ceux qui observent le septième jour montrent par là qu’ils adorent Jéhovah. Tant qu’il y aura des hommes sur la terre pour honorer Dieu, ce jour sera le signe de leur allégeance. Le quatrième commandement est le seul, entre les dix, qui mentionne à la fois le nom et le titre du Législateur. Il est par conséquent le seul qui révèle l’autorité dont cette loi émane. Il renferme ainsi le sceau de Dieu, et la signature du Créateur proclame l’authenticité et l’obligation de sa loi.

Ayant donné aux hommes six jours pour travailler, Dieu leur demande d’achever leur ouvrage dans ce laps de temps. Les actes de miséricorde et de nécessité sont permis ce jour-là. Il faut prendre soin des malades en tout temps. En revanche, le travail non indispensable doit y être strictement évité. « Si tu cesses de fouler aux pieds le jour du sabbat, en t’occupant de tes affaires en ce jour qui m’est consacré; si tu appelles le sabbat ton jour de délices et si tu considères comme vénérable ce qui est consacré à l’Éternel; si tu honores ce jour, en n’allant pas à ton travail, et en t’abstenant de vains discours, alors tu trouveras tes délices en l’Éternel... » (Ésaïe 58:13)

« En t’abstenant de vains discours. » Ceux qui, au jour du repos, s’entretiennent de leurs affaires ou font des projets les concernant, sont, devant Dieu, aussi coupables que s’ils travaillaient. Pour sanctifier le jour du repos, nous ne devons même pas laisser notre esprit s’arrêter sur nos affaires séculières. Et le commandement concerne aussi « l’étranger qui est dans nos murs ». Durant les heures sacrées, tous les membres du foyer doivent s’unir pour honorer Dieu.