• Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. (Romains 10:9)

Tournez vous vers Dieu


0607090_thumb.jpg

L'Écriture n'enseigne nulle part que le pécheur doive se repentir avant de répondre à cette invitation du Christ : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. » (Matthieu 11:28) C'est une vertu émanant de Jésus qui nous donne la véritable repentance... Vous qui soupirez en votre coeur après une vie meilleure que celle que le monde peut vous offrir, reconnaissez dans ce désir la voix de Dieu parlant à votre âme. Demandez-lui de vous donner la repentance, de vous révéler Jésus dans son amour infini, sa pureté absolue.

La repentance

Comment un homme paraîtra-t-il droit devant Dieu? Comment un pécheur sera-t-il rendu juste? Ce n'est que par Jésus-Christ qu'il est possible de se mettre en règle avec Dieu, de parvenir à la sainteté.

Mais comment aller à Jésus? Ils sont nombreux ceux qui, de même que la multitude convaincue de péché au jour de la Pentecôte, s'écrient : « Que ferons-nous? » Les premiers mots de Pierre en réponse à cette question furent : « Repentez-vous. » Un peu plus tard, il dit : « Repentez-vous... et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés. » (Actes 2:38; 3:19)

La repentance comprend la douleur d'avoir commis le péché et le délaissement de celui-ci. Impossible d'abandonner le péché avant d'en avoir vu la culpabilité; point de vrai changement de vie jusqu'à ce que l'on se soit détourné du péché de tout son coeur.

Ils sont nombreux ceux qui ne comprennent pas la véritable nature de la repentance.

Nombre de personnes gémissent sur leurs péchés et se réforment même extérieurement, parce qu'elles craignent les conséquences de leurs mauvaises actions. Ce n'est pas là la repentance dans le sens biblique du terme. C'est regretter la souffrance plutôt que le péché lui-même.

Telle fut la douleur d'Ésaü quand il vit qu'il avait perdu à tout jamais son droit d'aînesse. Balaam, terrifié par l'apparition, sur son chemin, d'un ange armé d'une épée nue, confessa son péché dans la crainte de perdre la vie; puis il n'y avait pas chez lui un repentir véritable de ses péchés, pas de changement de disposition, pas d'horreur du mal. Judas Iscariot, après avoir trahi son Seigneur, s'écria : « J'ai péché, en livrant le sang innocent. » (Matthieu 27:4)

Cette confession était arrachée à son âme coupable par le sentiment terrible de sa condamnation et par la perspective redoutable du jugement de Dieu. Les conséquences de son crime le remplissaient de terreur; mais il n'y avait chez lui aucun remords profond et déchirant d'avoir trahi l'innocent Fils de Dieu, et renié le Saint d'Israël. Au moment où les jugements de Dieu s'appesantissaient sur lui, Pharaon reconnaissait son péché; mais ce n'était que pour échapper au châtiment, car dès que les plaies s'éloignaient, il recommençait à braver le ciel. Tous ceux-là déploraient les conséquences de leurs péchés, mais ils ne s'attristaient pas sur ces péchés eux-mêmes.


Media