• Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. (Romains 10:9)

Suis-je vraiment né de nouveau ?

colombe_thumb.jpg

Nous ne gagnons pas le salut par notre obéissance, puisque le salut est un don gratuit de Dieu, qui s'obtient par la foi. Par contre, l'obéissance est le fruit de la foi... Loin de dispenser l'homme de l'obéissance, la foi et la foi seule le rend participant de la grâce de Jésus-Christ, qui le met à même d'être obéissant...

. Vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n'y a point en lui de péché. Quiconque demeure en lui ne pèche point; quiconque pèche ne l'a pas vu et ne l'a pas connu. » (1 Jean 3:5,6)

La pierre de touche

« Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » (2 Corinthiens 5:17). Une personne peut n'être pas à même de dire le lieu et le temps de sa conversion, ni d'indiquer l'enchaînement exact des circonstances qui l'y ont amenée; mais cela ne prouve pas qu'elle soit inconvertie.

Le Seigneur dit à Nicodème : « Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit. » (Jean 3:8) Tel le vent, qui est invisible, mais dont les effets sont visibles et sensibles, tel est aussi l'Esprit de Dieu dans son action sur l'âme humaine.

Une puissance régénératrice que nul homme ne peut voir, engendre l'âme à une vie nouvelle; elle crée un être nouveau à l'image de Dieu.

Tandis que l'action de l'Esprit est silencieuse et imperceptible, ses effets sont manifestes. Si le coeur est renouvelé par l'Esprit de Dieu, la vie en rendra témoignage. S'il est vrai que nous ne pouvons rien faire pour changer nos coeurs, ou pour nous rendre tels que Dieu nous veut; si nous ne devons avoir aucune confiance en nous-mêmes ou en nos bonnes oeuvres, notre vie révélera néanmoins que l'Esprit de Dieu demeure en nous. Un changement se remarquera dans notre caractère, nos habitudes et nos préoccupations. Le contraste entre ce qu'on a été et ce qu'on est sera marquant.

Le caractère se révèle, non par les bonnes ou les mauvaises oeuvres occasionnelles, mais par la tendance générale des paroles et des actions.

Il est vrai que l'on peut avoir une conduite extérieurement correcte sans la puissance transformatrice de Jésus-Christ. L'amour du prestige et le désir de posséder l'estime de ses semblables peuvent produire une vie réglée. Le respect de soi peut porter à éviter les apparences du mal. Un égoïste peut faire des actions généreuses.

  • Comment alors déterminer de quel côté nous nous trouvons ?
  • Qui possède notre coeur ?
  • Avec qui sont nos pensées ?
  • De qui aimons-nous à nous entretenir ?
  • Qui possède nos plus chaudes affections et le meilleur de notre énergie ?

Si nous sommes à Jésus, nos pensées sont en lui, ainsi que nos plus douces émotions. Tout ce que nous sommes ou possédons lui est consacré; nous désirons vivement reproduire son image, respirer son Esprit, faire sa volonté, et lui être agréables en toutes choses. Ceux qui deviennent des créatures nouvelles en Jésus-Christ produiront les fruits de l'Esprit : « l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance » (Galates 5:22,23). Ils ne se conformeront plus aux anciennes convoitises, mais, par la foi au Fils de Dieu, ils suivront ses pas, réfléchiront son caractère, et se purifieront comme lui-même est pur.

  • Désormais ils aiment les choses qu'ils haïssaient;
  • les choses qu'ils aimaient, ils les haïssent.
  • L'orgueilleux, l'arrogant devient doux et humble de coeur.
  • Celui qui était vain et autoritaire devient sérieux et traitable.
  • L'ivrogne devient sobre,
  • le licencieux devient pur.
  • Les vaines coutumes du monde et ses modes sont oubliées.

Le chrétien recherchera, non pas l'ornement extérieur, mais la parure intérieure et cachée dans le coeur, la pureté incorruptible d'un esprit doux et paisible » (1 Pierre 3:3,4).

Sans réforme, il n'y a pas trace de véritable conversion. Le pécheur qui répare ses torts, qui rend ce qu'il avait dérobé, qui confesse ses péchés, et qui aime Dieu et ses semblables peut être assuré qu'il est passé de la mort à la vie.

Dès que nous venons à Jésus en qualité de créature égarée et pécheresse, et que nous participons à son pardon, l'amour germe dans notre coeur. Tout fardeau devient léger; car le joug que Jésus nous impose est aisé. Le devoir devient un délice, le sacrifice un plaisir. Le sentier qui semblait enveloppé d'épaisses ténèbres est illuminé des rayons éclatants du Soleil de justice.

La beauté du caractère de Jésus se retrouvera chez ses disciples. Il prenait plaisir à faire la volonté divine. Aimer Dieu et vivre pour sa gloire étaient les deux puissances de sa vie. Toutes ses actions étaient ennoblies et embellies par l'amour. L'amour vient de Dieu. Le coeur irrégénéré ne saurait le produire. Il ne se trouve que dans le coeur où Jésus règne. « Nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier. » (1 Jean 4:19)

L'amour est à la base de tous les actes du coeur régénéré par la grâce divine. Il modifie le caractère, dirige les impulsions, domine les passions, subjugue l'inimitié et ennoblit les affections. Cet amour cultivé dans le coeur adoucit la vie, et répand une influence ennoblissante tout autour de soi.


Media