• Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. (Romains 10:9)

Dieu vous aime

 

pecheur_thumb.jpg

L'ennemi du bien a aveuglé l'esprit des hommes à tel point qu'ils s'approchent de Dieu avec crainte et le considèrent comme un être sévère et implacable. Satan fait passer notre Père céleste pour un être d'une justice inflexible, un juge sévère, un créancier dur et inexorable. Il dépeint le Créateur comme observant les hommes d'un oeil scrutateur en vue de découvrir leurs erreurs et leurs fautes, afin de les frapper de ses châtiments.

Dieu est amour.

La nature et la révélation témoignent de concert en faveur de l'amour de Dieu. Notre Père céleste est l'Auteur de la vie, de la sagesse et de la joie. Contemplez les merveilles de la nature; constatez leur parfaite adaptation aux besoins et au bien-être, non seulement de l'homme, mais aussi de tout être vivant. Le soleil et la pluie qui égayent et rafraîchissent la terre; les montagnes, les mers, les plaines : tout nous parle de l'amour du Créateur. C'est Dieu qui subvient aux besoins quotidiens de toutes les créatures. Ces belles paroles du Psalmiste rendent hommage à sa touchante sollicitude. Les yeux de tous espèrent en toi, Et tu leur donnes la nourriture en son temps. Tu ouvres ta main, Et tu rassasies à souhait tout ce qui a vie. (Psaume 145:15,16)

Dieu créa l'homme saint et parfaitement heureux. Notre terre, au sortir des mains du Créateur, ne portait pas la moindre trace de corruption, ni la plus légère ombre de malédiction.

C'est la transgression de la loi de Dieu -- loi d'amour -- qui a été la cause de la mort et de tous les maux.

Néanmoins, l'amour divin se manifeste au sein même de la souffrance. Il est écrit qu'à cause de l'homme, le sol fut maudit. (Genèse 3:17). Les épines et les chardons, les difficultés et les épreuves qui font de notre pèlerinage terrestre une longue succession de labeurs et de soucis, nous ont été départis pour notre bien; Ils entrent dans le plan d'éducation que Dieu a formé pour nous relever de l'état de dégradation et de ruine dans lequel le péché nous a plongés. Quoique déchu, le monde n'est pas tout tristesses et souffrances. La nature elle-même nous offre des messages d'espérance et de consolation. On voit des fleurs s'épanouir sur les chardons et des roses éclore sur des épines.

« Dieu est amour. » Ces paroles se trouvent inscrites sur chaque bouton de fleur et sur chaque brin d'herbe. Les charmants oiseaux qui égayent les airs de leurs chants joyeux, les fleurs aux nuances délicates et variées qui embaument l'atmosphère de leur doux parfum, les arbres gigantesques et les forêts aux riches feuillages, tout nous parle de la tendre et paternelle sollicitude de notre Dieu et de son désir de faire le bonheur de ses enfants.

La sainte Écriture révèle son caractère. Dieu nous y fait lui-même connaître sa compassion et son amour infinis. Quand Moïse lui adressa cette requête : « Fais-moi voir ta gloire! » l'Éternel lui répondit : « Je ferai passer devant toi toute ma bonté. » (Exode 33:18,19), et passant devant Moïse, il s'écria : « L'Éternel, l'Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu'à mille générations, qui pardonne l'iniquité, la rébellion et le péché. » (Exode 34:6,7) Il est « lent à la colère et riche en bonté. » (Jonas 4:2), « car il prend plaisir à la miséricorde. » (Michée 7:18). C'est là sa gloire.

Jésus révèle l'amour de Dieu

Dans le ciel et sur la terre, Dieu nous a donné des gages innombrables de sa bonté. Par l'intermédiaire de la nature et par des preuves d'un amour plus tendre et plus profond que le coeur humain n'en peut concevoir, il a cherché à se révéler à nous. Néanmoins tout cela n'est qu'un reflet bien pâle de son caractère.

L'ennemi du bien a aveuglé l'esprit des hommes à tel point qu'ils s'approchent de Dieu avec crainte et le considèrent comme un être sévère et implacable. Satan fait passer notre Père céleste pour un être d'une justice inflexible, un juge sévère, un créancier dur et inexorable. Il dépeint le Créateur comme observant les hommes d'un oeil scrutateur en vue de découvrir leurs erreurs et leurs fautes, afin de les frapper de ses châtiments.

C'est pour dissiper ce voile de ténèbres par la révélation de l'amour infini de Dieu, que Jésus-Christ est venu vivre parmi les hommes.

Le Fils de Dieu est descendu du ciel pour révéler le Père. « Personne n'a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître. » (Jean 1:18) « Personne non plus ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui a qui le Fils veut le révéler. » (Matthieu 11:27)

Un de ses disciples lui ayant dit : « Montre-nous le Père », Jésus répondit : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe! Celui qui m'a vu a vu le Père; comment dis-tu : Montre-nous le Père? » (Jean 14:8,9)

Voici en quels termes le Seigneur décrit sa mission terrestre : « L'esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés. » (Luc 4:18). Telle était son oeuvre. Il allait de lieu en lieu, faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l'empire du diable. On pouvait trouver des villages entiers où ne se faisait plus entendre aucun gémissement arraché par la maladie; il avait passé par là, et guéri tous les malades. Son oeuvre témoignait de sa divinité.

L'amour, la miséricorde et la compassion se révélaient dans chacun de ses actes; son coeur était rempli de tendre sympathie pour les enfants des hommes. Il avait revêtu leur nature afin de subvenir à leurs besoins.

  • Les plus pauvres et les plus humbles ne craignaient pas de l'approcher.
  • Les petits enfants eux-mêmes se sentaient attirés vers lui.
  • Ils aimaient à monter sur ses genoux, et à fixer leurs regards sur son visage pensif où se lisait un amour infini.

Jésus ne retranchait rien à la vérité, mais il la disait toujours avec charité. Ses rapports avec le peuple étaient empreints d'un tact parfait, d'une exquise délicatesse.

  • Aucune brusquerie;
  • pas un mot sévère sans nécessité;
  • jamais il ne faisait inutilement de la peine à une âme sensible.
  • Il ne censurait pas la faiblesse humaine.

Quand il disait la vérité, c'était toujours avec amour. Il dénonçait l'hypocrisie, l'incrédulité, l'iniquité; mais c'était avec des larmes dans la voix.

Il pleura sur Jérusalem, la ville qu'il aimait et qui avait refusé de le recevoir, lui, le Chemin, la Vérité et la Vie. Elle avait rejeté son Sauveur, mais il lui conservait néanmoins sa tendresse avec et sa pitié. Sa vie était faite de renoncement et de sollicitude pour autrui. Chaque âme était précieuse à ses yeux. Sans se départir jamais de sa dignité divine, il s'inclinait avec un tendre respect devant tout membre de la famille de Dieu. En tout homme, il voyait une âme déchue qu'il devait sauver.

Tel est le caractère de Jésus révélé par sa vie. Tel est aussi le caractère de Dieu. C'est du coeur du Père que les flots de la compassion divine, manifestée en Jésus-Christ, se déversent sur les enfants des hommes. Jésus, Sauveur tendre et compatissant, était Dieu « manifesté en chair ». (1 Timothée 3:16)


Media

Plus dans cette catégorie : Jésus vous sauvera »