• Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. (Romains 10:9)

Exercer la foi est chose ardue - Galates 3:7

J045_thumb.jpg" Reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d'Abraham " Galates 3:7. Tous les croyants passent aussi par de semblables expériences. Ils doivent parfois soutenir une lutte intérieure ardue et épuisante pour persisterà croire dans les promesses de Dieu qui souvent tardent et paraissent ne jamais devoir se réaliser. Combien d’ailleurs ne persiste pas déchoient de la foi, sombrent dans le découragement et renient un Dieu qu’ils imaginent insensible à leur besoin. En vérité il n’est pas si aisé que cela de croire ou d’exercer la foi. Tous les véritables croyants le savent bien.

Et l’on peut ainsi comprendre le cri de ce père désespéré : « Je crois ! viens au secours de mon incrédulité ! »[1]. Le croyant doit aussi lutter pour encore et toujours croire qu’il est sauvé seulement par la seule foi en Christ et que c’est aussi par cette même foi qu’il demeure sauvé. Mais en cela, ils sont les vrais fils d’Abraham. « Reconnaissez le donc, ceux qui ont la foi sont fils d’Abraham »[2]. Ils suivent l’exemple de leur père.

Ils doivent soutenir une dure lutte intérieure contre eux-mêmes. Une lutte contre leur raison, leur bon sens. Ils doivent toujours s’efforcer de croire en Dieu envers et contre tout, malgré les apparences contraires, malgré leur sentiment intérieur (Ce genre de pensées est courant : j’ai le « sentiment », la nette « impression » que Dieu ne m’exaucera pas. L’âme est alors abattue, attristée, découragée. Le Chrétien ne doit pas se fier à ses sentiments intérieurs qui varient et fluctuent comme les vagues de la mer. Son espérance et sa foi doivent reposer non sur lui-même et les remous intérieurs de son âme, mais sur la seule parole de Dieu qui jamais ne varie.).

C’est de cette façon qu’il donne « gloire à Dieu » eux aussi car ils démontrent ainsi qu’ils préfèrent croire Dieu, s’appuyer sur lui, dépendre de lui, plutôt que de se croire eux-mêmes, de s’appuyer sur leur raisonnement, ou de dépendre de leurs sentiments.

Par contre, les incrédules qui manquent de foi, qui ne veulent pas faire confiance à l’Evangile, qui ne croient pas que Christ est suffisant chaque jour pour leur salut font inévitablement beaucoup de choses: Ils prient, ils jeûnent, Ils font de longs pèlerinages, ils font toutes sortent d’oeuvres afin « d’ acheter » les bonnes grâces de Dieu.

Ils s’imposent une vie chrétienne difficile d’où toute joie durable est absente, car ils pensent ne jamais avoir assez fait. Par toutes ces choses qu’ils font, ils imaginent, ils supposent que le ciel sera content. Ils supposent qu’ils se rendront Dieu favorable. Ils supposent que de cette façon ils vont mériter, être un peu plus digne que Dieu leur accorde sa grâce.

Mais il n’y a là que supposition, qu’imagination de l'esprit. N’était-ce pas cette vaine supposition qui poussait le pharisien [4] à croire que Dieu prenait plaisir à sa vie qu’il croyait sainte et à ses oeuvres ?

0605044_thumb.jpg

Ces personnes ne rendent aucunement gloire à Dieu. En réalité si l’on y réfléchit bien, Elles ne pensent pas au fond de leur âme que Dieu soit miséricordieux, bon, compatissant, fidèle à ses promesses. Elles pensent, sans même s’en rendre compte que Dieu est un juge sans pitié, impitoyable, inflexible et en colère. Un dur juge qu’il faut se rendre favorable par le plus grand nombre d’oeuvres et de travail possible. Sans en êtres conscients, ces personnes ne font ainsi que mépriser Dieu.

Leur attitude montre qu’elles lui disent:

« Oh Dieu, non tu n’es pas miséricordieux, tu ne fais pas grâce et tu n’es pas bon. Tu dis que tu « a tant aimé le monde » que tu a donné ton « Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »[5] . Si j’ai bien compris, il faudrait seulement que je croie en ton fils pour avoir la vie, mais est-ce bien vrai ? Non ! non ! Je ne crois pas que cette parole soit vraiment sérieuse. Il faut au contraire, pour que je mérite ta grâce, que je fasse beaucoup de choses afin de te plaire, et pas simplement de croire. »

Refusant d’avoir confiance en ce que Dieu leur dit dans l’Evangile de Christ, elles préfèrent avoir confiance en elles-mêmes, en ce qu’elles pensent, ce qu’elles imaginent elles-mêmes. N’est-ce pas là déshonorer Dieu et le prendre pour un plaisantin, un menteur ?

Puisque ces personnes ne croient pas que Dieu les sauve par la foi en Christ, elles tentent de lui plaire par un autre moyen et de se sauver elles-mêmes par ce moyen. Elles choisissent alors les services et les oeuvres qui leur plaisent et elles rêvent que Dieu y prend plaisir et qu’en retour elles recevront de lui un bon et large salaire. « Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus. » Tel était le rêve du pharisien de lue 18.

Mais voilà ce que leur dit Jésus-Christ : « Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie Eternelle. Ce sont elles qui rendent témoignages de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie »[6]. « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort. Et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »[7]

Mon voeu pour toi cher lecteur, c’est que tu restes tranquille, que tu écoutes et crois sincèrement dans ton coeur la parole de l’Evangile. Car dit l’apôtre : « ceux qui ont la foi sont bénis avec Abraham le croyant. »[8] Et Quelle bénédiction reçoivent-ils ? Ils sont justifiés de la justice de Dieu, reçus, acceptés, pardonnés, et adoptés par Dieu. Paul déclare en effet que « l’Ecriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham : toutes les nations de la terre seront bénies en toi »[9]

Voila ici ce que l’apôtre appelle la « bonne nouvelle », facile à dire et simple à comprendre : ceux qui croient seront justifiés ; « Ceux qui ont la foi sont bénis avec Abraham le croyant. »

[1] Marc 9 :24

[2] Galates 3:7

[4] Luc 18:9-12 « Il dit encore cette parabole, en vue de certaines personnes se persuadant qu’elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres: Deux hommes montèrent au temple pour prier; l’un était pharisien, et l’autre publicain. Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même: O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus. »

[5] Jean 3:16

[6] Jean 5:39,40

[7] Jean 11:25,26

[8] Galates 3:9

[9] Galates 3:8