• Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. (Romains 10:9)

Les fruits du Saint-Esprit - Galates 3:3-4

colombe_thumb.jpg

« Etes-vous tellement dépourvus de sens ? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ? Avez-vous tant souffert en vain ? si toutefois c’est en vain. Celui qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les oeuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? » Galates 3:3-4

« Dieu » dit Paul « ne vous a pas donné pour une fois seulement l’Esprit. Mais, puissant comme il l’est, a toujours su renouveler et augmenter en vous les dons de son Esprit. »

« Celui qui vous accorde l’Esprit et qui opère des miracles parmi vous… » Paul nous révèle ici que les Galates avaient fait de profondes expériences sous l’inspiration de l’Esprit, ils avaient même pu accomplir des miracles.

Le Saint-Esprit, car c’est son rôle, avait produit en eux les fruits de la foi. Faisons bien attention. La bonne nouvelle du salut par la foi en Christ n’est pas un message vide et sans puissance.

Par la prédication du Christ comme unique sauveur, Dieu ne fait pas seulement que l’on « croit », mais il fait aussi que l’on « vit » selon l’Evangile.

Produisant en l’homme « vouloir et le faire selon son bon plaisir »[2] Dieu fait en sorte que la foi porte beaucoup de fruits à la gloire de Christ. L’évangile est toujours en effet l’extraordinaire « Puissance de Dieu » pour le salut complet, parfait et total de quiconque croit.

Celui qui croit reçoit de Dieu la puissance absolument nécessaire, réelle et efficace de l’Esprit. Une puissance phénoménale galvanise l’être tout entier du croyant aussi faible qu’il puisse se voir et lui donne ainsi de vivre en honorant l’Evangile du Christ à la gloire de Dieu.

Par la puissance de l’Esprit, puissance qui est donnée lorsque l’on croit en Christ:

  • l’avare trouve la force d’être généreux.
  • L’adultère trouve le pouvoir de devenir fidèle.
  • Le négligent la puissance d’être sérieux.
  • Le colérique devient plus doux.
  • L’impatient apprend la patience.
  • Le rancunier trouve le pouvoir de pardonner.
  • L’homme devient capable de supporter les faiblesses et défauts de son prochain.

Par la puissance et l’action permanentes de l’Esprit, puissance qui est donnée lorsque l’on croit en Christ, l’homme apprend à aimer Dieu et son prochain. Cela est réellement stupéfiant, mais c’est bien ce que dit l’apôtre. « Celui qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les oeuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? »[3]

Les Galates pouvait-ils réfuter l’argumentation de l’apôtre ? On en doute, celui-ci s’adressait à leur conscience même, aussi étaient-ils obligés de reconnaître qu’il disait vrai. Ils devaient reconnaître qu’ils avaient cru et qu’en croyant ils avaient reçu le Saint-Esprit et été rendus capables d’accomplir des miracles.

Faisons toutefois bien attention, les fruits de l’Esprit qui sont produis en nous sont de très bonnes choses car « ce que Dieu veut c’est votre sanctification »13. Et par eux nous glorifions Dieu aux yeux de ceux qui nous entourent. Mais nos actions aussi bonnes et inspirées qu’elles soient ne sont pas « les causes» de notre salut. Nous sommes acceptés, justifiés et sauvés par Dieu uniquement à cause de Christ en qui nous croyons.

« Etes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ? »[4] Les Galates étaient passés par l’expérience de la nouvelle naissance telle que le décrivit Jésus à Nicodème. Paul leur rappelle qu’ils avaient « commencé par l’Esprit » leur vie Chrétienne. Ils avaient donc expérimenté le pouvoir du Saint-Esprit. Le Saint-Esprit avait fait naître en eux une vie nouvelle. Le Saint-Esprit avait été le départ, la source, l’essence même de leur vie spirituelle et chrétienne.

0601110_thumb.jpg

« Galates insensés », sous-entend Paul, « sans bon sens, sans compréhension, sans intelligence. Vous n’avez même pas été capable de commencer votre vie chrétienne, mais maintenant vous voulez achever par vos propres forces votre sanctification !? « vous n’avez pas été capable de mettre un pied devant l’autre, mais vous pensez que vous avez assez de force pour gagner la course chrétienne !? »

Beaucoup de croyants sincères qui ont été touchés, réveillés et mis au monde par l’Esprit de Dieu, qui sont nés de nouveau, font la même expérience que les Galates. Ils se disent: « Maintenant que j’ai été accepté, justifié par Dieu, c’est à moi d’achever la course. C’est à moi de faire en sorte que mon caractère soit parfait et que Dieu continu de m’accepter. Dieu a déjà fait sa part, c’est maintenant à moi de faire la mienne. Sinon s’en est fini de Moi, fini de mon salut. »

En d’autre terme Dieu m’a justifié, il a fait sa part, c’est à moi de me sanctifier, c’est à moi de faire ma part pour que je reste sauvé. Quelle lamentable compréhension de la sanctification. Nous fondons, conditionnons ainsi la continuité de notre acceptation et salut sur notre obéissance, sur notre sanctification, sur la perfection de notre caractère. Quel subtil et terrible piège.

Cause et conséquences du salut

La sanctification et la marche chrétienne sont bien sûr voulues et exigés par Dieu. L’obéissance à la loi de Dieu, la marche chrétienne dans l’amour pour Dieu et les hommes, sont des choses excellentes et demandées par Dieu, mais elles ne sont pas la cause de notre salut. Elles sont le résultat et la conséquence permanente de la foi en Christ, elles sont le résultat et la conséquence de l’action permanente de l’Esprit.

pecheur_thumb.jpgLa seule cause de notre salut reste Jésus-Christ, lorsque l’on croit en lui. Il en sera toujours ainsi, à jamais et pour toujours. Personne ne sera jamais sauvé à cause de sa sanctification, à cause de sa marche chrétienne dans l’amour, à cause de son caractère parfait.

Mais tous ceux qui mettront leur foi en Christ, qui le prendront comme leur sauveur, tous ceux là seront sauvés. C’est là le message de la Bible. « Selon qu'il est écrit: Voici, je mets en Sion une pierre d'achoppement Et un rocher de scandale, Et celui qui croit en lui ne sera point confus »[5].« Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Ecriture: Quiconque croit en lui ne sera point confus »[6] c’est-à-dire ne croira pas en vain, ne sera pas déçu dans sa foi, n’aura pas honte lorsqu’il sera face au tribunal divin, n’espérera pas en vain.

Si nous croyons, Dieu nous accepte. Ne le promet-il pas partout dans les saintes Ecritures ? « Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom »[7].

Dieu nous justifie pour l’amour et à cause de Christ en qui nous croyons. Et tant que nous demeurons par la foi en Jésus nous restons sauvés, et certainement nous porteront des fruits agréables aux yeux de Dieu car l’Esprit est assez puissant pour produire en nous « vouloir et faire » selon le bon plaisir de Dieu.

À cause de, Jésus-Christ dans lequel le croyant croit, l’Esprit lui est donné, et sa vie sera rendue conforme à la volonté de Dieu révélée dans sa parole ainsi que l’assure Paul « Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ. »[8]

Alors ami lecteur, les péchés et défauts que nous voyons subsister en nous ne doivent pas nous décourager, nous faire perdre confiance en Jésus-Christ, même s’ils sont graves.

0607089_thumb.jpgPaul nous assure que Dieu achèvera en nous le travail qu’il a commencé. Dieu ne ment jamais. Certainement il le fera. Mais faisons attention chaque chose se fait en son temps et en son ordre.

Ce n’est pas parce que le travail est parfaitement achevé que Dieu nous accepte, nous déclare juste et que nous sauvant, il nous considère comme ses héritiers.

Si Dieu nous acceptait, s’il nous sauvait seulement au moment où le travail de sanctification était achevé. On pourrait alors dire que c’est le résultat de la sanctification de notre caractère qui nous sauve. Mais cela est contraire aux nombreuses et claires déclarations de l’Ecriture.

Dieu nous accepte au départ, Il nous pardonne, nous justifie et nous sauve au départ, à cause du Christ parce que nous croyons en Christ. D’ailleurs c’est Dieu qui nous appelle, nous attire à lui par son amour sans limite. La foi qui naît en nous en réponse à la bonne nouvelle de son merveilleux Evangile n’est autre que l’effet de sa grâce dans nos coeurs.

Ensuite cela lui est agréable et bon que le travail de sanctification commencé en nous s’achève. Et c’est là ce que son Esprit fait et fera en nous si nous ne nous y opposons pas, car lui seul aussi en est capable. C’est encore là le chef d’oeuvre de ce créateur si merveilleux.

Oh Oui, Bénis soit ce Dieu si merveilleux pour son salut parfait, complet et total. Que toutes louanges lui reviennent, toutes gloires et tout honneur à lui seul et pour l’Eternité.

[1] Galates 3:3-4

[2] Philippiens 2 :13

[3] Galates 3:5

[4] Galates 3:3

[5] Romains 9:33

[6] Romains 10:9-11

[7] Jean 20:30-31

[8] Philipiens 1: